Photo du mois – Kasbah rénovée en structure d’hébergement touristique dans le Dadès : mobilités et mutations patrimoniales

Mis en avant

Cette kasbah vieille de 150 ans se situe dans la vallée du Dadès, plus précisément à proximité de Khmis Dadès. Comme la plupart des kasbahs du Draa, elle tombait en ruine et était menacée de dégradation et de disparition. En 2012, elle a été achetée par une architecte étrangère qui s’est associé à un Marocain de la région pour la rénover et lui donner une nouvelle vie et une nouvelle fonction : l’hébergement touristique. Transformer une bâtisse construite entièrement en terre en une structure d’hébergement équipées de tous les éléments de confort modernes, tout en lui gardant son aspect traditionnel que recherche la nouvelle clientèle, n’est pas chose facile et nécessite l’introduction de matériaux de construction modernes. La loi exige d’ailleurs que toutes les bâtisses de plus de 25 ans doivent obtenir un certificat de stabilité avec un système de poutres (tous les 4 mètres à tous les coins) et de colonnes. Le matériau principal demeure toutefois la terre avec des briques fabriquées à partir de la terre récupérée de la démolition de la vieille kasbah. Les plafonds sont en bambou et en cèdre, mais le tout est supporté par des poutres en ciment. Quant à la décoration et aux dessins, tout ce qui est extérieur, notamment la décoration des façades est fait selon la tradition locale, alors que l’intérieure est décoré selon l’imagination du propriétaire. Le chantier emploie 27 personnes et à part la terre et les artisans, tout vient de Marrakech (matériaux, bois, meubles, fer forgé, bois, etc.). Le résultat (photos) c’est une magnifique demeure avec 8 chambres, 2 suites, un appartement pour les chauffeurs qui amènent les groupes de touristes, avec une capacité total pour recevoir 22 clients et 4 chauffeurs.

Ce cas de patrimonialisation qui a tendance à se multiplier, traduit l’arrivée depuis les années 2000 d’une nouvelle clientèle touristique avec de nouveaux comportements et qui se diffuse au fin fond des campagnes marocaines. Elle joue un rôle essentiel dans l’apparition de nouvelles formes de tourisme, de nouvelles opportunités de création d’emplois et de nouvelles sources de revenus. Et au-delà de tout cela, elle s’investit dans un véritable processus de patrimonialisation « importée ». Cette nouvelle demande et la nouvelle offre plus ou moins spontanée qu’elle génère ne sont malheureusement aucunement prises en compte par les politiques publiques en matière de tourisme et encore moins par les politiques publiques actuelles ou celles en cours de conception en matière d’aménagement du territoire, alors que le Maroc est en pleine régionalisation.

Détail de la rénovation

Cette dernière question fera l’objet d’un futur article. Retenons ici pour ce présent papier les rapports qui s’établissent entre ces mutations patrimoniales et les mobilités, principal thème de ce blog. En effet, on se rend bien compte que les acteurs à l’origine des démarches de patrimonialisation sont extérieurs aux cultures locales et sont issus de nouvelle mobilités nord-sud. Si ce regard extérieur joue parfois le rôle de véritable révélateur d’un potentiel latent (ici la kasbah en voie de dégradation), cette dimension exogène induit des risques de distorsion importants entre le patrimoine mis sur le marché et la réalité de sa production. Elle comporte également des contradictions potentielles entre la finalité ou les mécanismes de construction patrimoniale et les dynamiques territoriales ou identitaires.

Par ailleurs cette patrimonialisation suppose aussi un processus de transmission d’un savoir et d’un savoir-faire qui étaient en voie de disparition et qu’elle reproduit en négociant l’introduction de techniques et de matériaux modernes. Les initiatives introduites par des étrangers ont certes été appropriées par la population locale, mais de sérieuses questions identitaires se posent dans un processus où la patrimonialisation des biens passe par le regard des autres, regard souvent sélectif.

Autre ksar rénové pour les besoins du tourisme: Oasis de Skoura

Pour en savoir plus : extrait d’un article collectif :

« Le dernier exemple concerne la déterritorialisation des architectures en terre typiques de la région des oasis au Sud de l’Atlas. Il est lié aux mobilités touristiques et résidentielles et reflète les conséquences d’une patrimonialisation qui s’opère à travers l’altérité. Cette architecture se compose de constructions en terre, dites ighrems ou ksours, et de maisons fortifiées flanquées de tours d’angles ayant appartenu à des notables tribaux, appelées tighremts ou kasbahs. L’action de l’Etat a opéré à deux niveaux : la mise en tourisme et la préservation. La première est illustrée par la création du circuit dit des « Mille Kaskahs » entre Ouarzazate et Errachidia. La seconde a été le fait du département de la Culture qui, dans le sillage de l’inscription du Ksar d’Aït ben Haddou sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1987, a procédé à la création à Ouarzazate du Centre de conservation et de restauration des kasbahs des zones atlasiques et subatlasiques (CERKAS). Néanmoins, les deux politiques n’ayant pas été coordonnées et reliées l’une à l’autre dans le cadre d’une vision d’ensemble, la mise en tourisme a « consommé » un « produit » qui n’a pas cessé de se dégrader au fil des décennies. Le chantier étant énorme et les moyens limités, l’action publique s’est limitée à l’inventaire et à l’étude davantage qu’à la conservation et à la réhabilitation.

Par ailleurs, l’espérance de vie de cette architecture ne dépasse guère deux siècles. Autrefois, au bout de cette période, ses habitants abandonnaient leurs ksours pour en construire de nouveaux à proximité. Les mutations socioéconomiques et politiques que le pays connaît depuis un siècle ont bouleversé l’ordre traditionnel qui prévalait dans les sociétés oasiennes. L’éclatement du ksar a eu lieu au lendemain de l’Indépendance, à partir des années 1960. Une nouvelle architecture est apparue à proximité des anciens ksours et kasbahs dont beaucoup se sont gravement détériorés et effondrés. Les matériaux modernes ont fait leur entrée dans ces régions oasiennes qui les adoptent malgré leur déficit de confort bioclimatique. Les vieux villages et les kasbahs majestueuses sont donc devenus principalement une attraction touristique.

Le tournant décisif dans l’évolution du rapport tourisme/architecture en terre va être l’arrivée de résidents ou d’investisseurs, le plus souvent étrangers qui, fascinés par cet habitat ou voulant en tirer un bénéfice, choisissent d’acquérir ces vieilles demeures rurales qu’ils rénovent et qu’ils destinent soit à une résidence secondaire, soit à une forme d’hébergement et d’animation touristique commerciale, parfois les deux à la fois. Dans leur sillage, des acteurs locaux ou nationaux redécouvrent cet héritage qu’ils contribuent également à patrimonialiser. Cette patrimonialisation « importée » par la mobilité va au-delà de l’habitat rural, puisque à travers la kasbah ou le ksar, elle englobe le paysage, les territoires, les métiers, les savoir-faire, les productions, les pratiques et les usages. Une grande partie de la culture rurale, en pleine mutation, est ainsi « redécouverte » à travers une demande étrangère, et revendique subitement un statut de patrimoine. Ces héritages vont se trouver au centre d’importants enjeux qui mêlent conservation et valorisation et ne déboucheront pas forcément sur des retombées positives pour les populations.

L’engouement pour cette architecture des oasis du sud de la part des résidents étrangers est tel qu’il a pu entrainer des dérapages. La banalisation et la déterritorialisation en sont les exemples les plus frappants. De nombreuses résidences et maisons d’hôtes établies par les étrangers et qui poussent un peu partout au Maroc du Nord au Sud sont construites sur le modèle de la kasbah du sud marocain avec patio et tours d’angle. Les initiateurs de ces projets expliquent ce choix par la fascination qu’a exercé sur eux cet habitat en terre du sud : même s’ils ont choisi d’établir leur résidence dans les arrière-pays du nord, ils se sont attachés à reproduire le style architectural du sud, (Berriane et Nakhli 2011), parfois sans même se rendre compte que ce n’était pas celui de la région dans laquelle ils s’installaient. Même si une recherche architecturale « ruraliste » est fortement présente dans la conception de ces résidences, même si le choix des matériaux et des techniques de construction cherche à coller au plus près de la « tradition », le style prédominant est totalement « a-territorial ». Il s’agit ici d’un véritable « désancrage architectural », qui brouille l’image d’un Maroc aux spécificités culturelles locales et régionales très fortes.

Ces trois situations sont relativement représentatives des grandes dynamiques actuelles de patrimonialisation du monde rural au Maroc : révélation des éléments patrimoniaux remarquables par un regard extérieur, sélection et redéfinition (voire re-fabrication plus ou moins poussée) des propriétés et des qualités attachées à ces éléments, protection pensée à travers la valorisation et, souvent, exportation. Les mobilités sont convoquées à plusieurs niveaux : celles des hommes (de l’expert au nouveau résident ou au touriste), celle des marchandises, celle des savoirs et des techniques. Dans la rencontre entre regards autochtones et allochtones, il semblerait que l’autochtone n’arrive pas à affirmer (ou pas suffisamment) ses spécificités et que, au contraire, l’allochtone impose ses manières de voir et de redéfinir : les produits patrimonialisés n’incorporent qu’une faible partie de ces nombreuses spécificités et finissent par être très différents des produits originaux (fromage de Chefchaouen), ou s’ils restent proches de « l’original », ils perdent leur lien au territoire et aux savoirs qui s’y sont développés (huile d’argan, architectures en terre). Au lieu de renforcer les identités locales et de profiter, en premier lieu, aux communautés qui sont les détentrices de ces patrimoines, les bénéfices et les plus-values de ces pratiques participent, au contraire, à leur fragilisation : on n’est pas loin de ce que l’on pourrait qualifier de « rapt patrimonial ».

Extrait de

Berriane (M), Michon (G), Skounti (A), Moizo (B), Romagny (B), Tebbaa (O), (2015), « Les « patrimoines ruraux » au Maroc : Un nouveau produit des mobilités contemporaines ?, Revue GéoDév.ma

https://www.academia.edu/19147725/Les_patrimoines_ruraux_au_Maroc_Un_nouveau_produit_des_mobilit%C3%A9s_contemporaines_

Et pour en savoir encore plus

Oussoulous (N), (2019), L’émergence d’une destination de tourisme rural et rôle des résidents étrangers : Le cas du pays d’Ouarzazate, thèse de doctorat sous la direction de Mohamed Berriane et Bernard Moizo, Université Mohammed V de Rabat et Université Paul Valery Montpellier III

Michon (G), Berriane (M), Romagny (B) et Skounti (A), (2016), Les enjeux de la patrimonialisation dans les territoires du Maroc, In Berriane (M) et Michon (G) dir. (2016), Les terroirs au Sud, vers un nouveau modèle ?, Une expérience marocaine, Editions IRD et Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat, pp. 191-179

https://www.academia.edu/36173335/Les_enjeux_de_la_patrimonialisation_dans_les_terroirs_du_Maroc

Berriane (M), Oussoulous (N), Michon (G), Aderghal (M) et Moizo (B), (2016), Tourisme et résidents étrangers dans les arrière-pays marocains, In Berriane (M) et Michon (G) dir. (2016), Les terroirs au Sud, vers un nouveau modèle ?, Une expérience marocaine, Editions IRD et Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat, pp. 233-251

https://www.academia.edu/34897604/Tourisme_et_r%C3%A9sidents_%C3%A9trangers_dans_les_arri%C3%A8re-pays_marocains_In_Berriane_M_et_Michon_G_dir._2016_Les_terroirs_au_Sud_vers_un_nouveau_mod%C3%A8le_Une_exp%C3%A9rience_marocaine_Editions_IRD_et_Facult%C3%A9_des_Lettres_et_des_Sciences_Humaines_de_Rabat_pp._233-251

Annonce d’une nouvelle parution sur les mobilités des Marocains du monde

Mis en avant

« Marocains de l’extérieur – 2017 »

Berriane M. (sous la direction), (2018), Marocains de l’extérieur – 2017, Edition de la Fondation Hassan II des Marocains résidant à l’étranger, 736 pages.

Compte rendu d’ouvrage

Depuis 2003, la fondation Hassan II des Marocains résidant à l’étranger publie tous les quatre ans la série Marocains de l’extérieur. En effet, si le paysage migratoire marocain connait depuis le début de ce siècle des transformations spectaculaires faisant du pays un réceptacle d’immigrants venant aussi bien du Sud que du Nord, on doit garder présent à l’esprit le fait que le Maroc, pays d’émigration avant tout, a une importante communauté marocaine à l’étranger, évaluée aujourd’hui entre 4 et 5 millions de personnes et répartie sur les quatre continents. Or, cette communauté tout en augmentant, suite à de nouveaux apports, mais aussi par une procréation sur place, évolue dans ses caractéristiques sociodémographiques, culturelles, économiques et politiques. Tout en s’équilibrant démographiquement et en s’enracinant dans les pays d’accueil, elle vieilli, s’intègre et adopte de nouvelles configurations, mais en restant fortement attachée à son pays d’origine. Ces mutations de la communauté marocaine de l’extérieur s’accompagnent immanquablement de nouveaux problèmes.

Le Maroc qui reste également attaché à ses Marocains de l’extérieur a le devoir de les accompagner et pour cela il doit bien les connaitre et les comprendre. Et c’est le rôle que s’est donné la Fondation Hassan II des résidents marocains à l’étranger qui, pour servir ces Marocains, doit constamment renouveler cette connaissance. Parmi les outils mis au service de cette connaissance, la série « Marocains de l’extérieur » maintenant sa régularité de parution tous les 4 ans, publie sa quatrième édition. Comme les précédentes éditions, l’objet de celle-ci est de suivre les mutations continues de cette migration en identifiant ses nouvelles tendances à travers les panoramas les plus à jour des différentes communautés marocaines vivant à l’étranger.

Pour cela, elle poursuit et consolide l’approche inaugurée avec l’édition de 2013 qui avait innové sur un certain nombre de points.

1. Considérations méthodologiques

La continuité avec l’édition précédente concerne tout d’abord la méthodologie suivie pour cette livraison. Celle-ci concerne les sources, les auteurs, le volet thématique, le volet traitant des Marocains par pays de résidence et la cartographie.

Cette édition se fait tout d’abord remarquer par un important renouvellement des auteurs avec une forte présence des jeunes chercheurs de l’émigration. Sur les 22 auteurs mobilisés pour rédiger les 24 chapitres, 15 n’avaient jamais participé aux éditions précédentes de Marocains de l’extérieur et ont pu, grâce à leurs différents profils et leurs approches originales, apporté un sang et un regard nouveaux à cette édition. Par ailleurs la moitié de ces auteurs est composée de jeunes chercheurs qui commencent à émerger et 10 parmi eux appartiennent aux jeunes de l’immigration en Europe ou aux Amériques.

Tranchant avec les éditions précédentes, celle de 2013 avait introduit un volet thématique qui précédait les états des lieux des communautés marocaines à l’étranger par pays, point fort de cette veille. Il s’agissait d’analyses thématiques transversales à toutes ces communautés ayant comme principal objectif de contextualiser les analyses par pays, analyses qui ne peuvent être bien menées si on ne tient pas compte à la fois des grandes évolutions que connaissent les communautés marocaines à l’étranger, et les principaux progrès de la recherche scientifique dans la production d’un savoir autour de ces migrations. Poursuivant sur cette voie, la présente édition a procédé à une sélection des résultats des recherches les plus récentes en sollicitant des contributions auprès des chercheurs et des équipes de recherche les plus en vue travaillant sur les migrations marocaines. Les thèmes retenus sont ceux qui se sont imposés au cours des dernières années et qui sont liés aux évolutions récentes de la communauté marocaine à l’étranger. Nous avons également abordé des sujets importants pour la connaissance des Marocains de l’extérieur, mais peu ou rarement abordés. C’est ainsi qu’ont été sélectionnés des sujets tel que la vieillesse en émigration, la migration féminine, la migration et le développement local et régional, l’enseignement de la langue et de la culture d’origine, le renouveau religieux et les productions culturelles et artistiques. Les communautés juives marocaines en Europe et dans les Amériques ont fait partie aussi de cette sélection. Et comme en 2013, afin de situer ces résultats de recherches, il a été jugé utile de réserver un premier chapitre à une nouvelle mise à jour sur l’état des lieux de la recherche sur les migrations marocaines.

Pour ce qui est du choix des pays à étudier, cette édition a opté pour des essais d’approfondissement.Rappelons que le parti pris dès le lancement de la série « Marocains de l’extérieur » était d’en faire une sorte d’annuaire avec une actualisation régulière des données relatives aux Marocains de l’extérieur. Ceci impose de revisiter à chaque fois les communautés marocaines dans les mêmes pays étudiés dans les éditions précédentes. De ce fait l’édition 2018 reprend les mêmes pays retenus dans les éditions précédentes, soit en raison du nombre important de Marocains qui y résident, soit pour leur intérêt quant aux tendances évolutives de cette migration dans le temps et l’espace, même quand les effectifs des Marocains ne sont pas très élevés. Ce qu’apporte la présente édition c’est le choix de reprendre certaines destinations de l’émigration marocaine qui ont été traitées au niveau général dans les éditions précédentes pour les étudier avec un peu plus de détail. Les Marocains vivant dans les pays d’Afrique avaient été analysés comme un tout, alors que cette migration a connu des évolutions récentes à souligner. Elle est devenue plus visible en rapport avec la densification de la vie relationnelle entre le Maroc et l’Afrique et de nouvelles destinations, bien qu’encore statistiquement résiduelles, sont, en termes de tendances et de signification, très importantes. Deux chapitres sont consacrés à ce continent, le premier traite de deux pays représentatifs de l’Afrique de l’Ouest, le Sénégal et la Côte d’Ivoire en tant que destinations aujourd’hui classiques et le second explore deux autres, le Gabon et la Guinée Equatoriale, qui illustrent les nouveaux foyers migratoires de l’Afrique Centrale. Et en lieu et place d’un chapitre couvrant tous les pays arabes de l’Algérie au Golfe persique, et forcément très général, l’analyse se focalise sur deux ensembles de pays : l’Algérie et la Tunisie pour le Maghreb et le Qatar et les Emirats Arabes Unis pour les pays du Golfe. Cela a permis de montrer les différences fondamentales entre une migration ancienne et régionale et une autre très lointaine, mais extrêmement récente. Selon les cas, les caractéristiques des Marocains, leur quotidien et les perspectives qu’ils ont devant eux sont très différents et riches d’enseignements.

Au total, la présente livraison traite à travers 13 chapitres des cas de l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, la France, la Hollande, l’Italie et le Royaume Uni en Europe, le Canada et les USA en Amérique, l’Afrique de l’Ouest (Sénégal et Côte d’Ivoire) et l’Afrique Centrale (Gabon et Guinée Equatoriale) en Afrique subsaharienne, le Maghreb (Algérie et Tunisie) et les pays du Golfe (Qatar et Emirats Arabes Unis).

Concernant le contenu de ces contributions par pays, l’approche type « annuaire » a été reconduite. Les différents auteurs ont été invités à mener des analyses et des descriptions selon les mêmes rubriques et pour tous les pays, ce qui facilite les comparaisons à la fois entre les différents pays et dans le temps. Mais en même temps la ligne éditoriale a veillé à ce que cette standardisation laisse assez de souplesse pour que ces textes conçus comme des textes d’auteurs puissent tout en tenant compte des sous-thèmes des différentes rubriques avoir la liberté de les présenter selon l’ordre qui convient le mieux à la problématique choisie comme fil directeur.

Enfin, et comme lors de la dernière édition, une importance particulière a été accordée au traitement cartographique pour suivre le déploiement spatial des Marocains du monde. Lorsque la disponibilité de données statistiques détaillées le permettait, ces données ont été mobilisées par une méthodologie appropriée pour l’établissement de cartes originales traitant de la distribution spatiale des Marocains de l’extérieur.

2. Consolidations des tendances déjà soulignées en 2014 et nouvelles tendances

Sans pouvoir rendre compte avec détails du contenu des 24 chapitres et 736 pages, on peut dégager quelques traits saillants de cette nouvelle livraison en les ramenant à 4 grands points.

La grande hétérogénéité des migrants marocains

La migration marocaine est aujourd’hui composée de différents groupes aux profils variés et qui résultent de l’histoire de cette migration, des différents contextes où elle se trouve et de ses motivations.

– Des migrations et non une migration

La migration marocaine qui s’est étalée sur une très longue durée s’est faite par des vagues successives, ce qui explique qu’on soit en présence non pas d’une migration marocaine, mais de plusieurs migrations. Aujourd’hui avec les nouveaux flux qui s’organisent vers les pays d’Afrique ou ceux du Golfe, cette hétérogénéité augmente de façon considérable et il y a peu de similitudes entre les émigrés de la première génération nés au Maroc et aujourd’hui retraités dans les pays européens et ceux des générations suivantes nés dans ces mêmes pays ou avec les jeunes cadres qui dirigent des sociétés dans des pays d’Afrique de l’Ouest ou l’Afrique Centrale ou encore les jeunes expatriés marocains ou maroco-européens envoyés dans les pays du Golfe par les grandes multinationales. Phasage de la migration, différents contextes des pays d’accueil et évolutions propres à chaque communauté expliquent les décalages observés autrefois et qui se sont accusés aujourd’hui.

– Vieillissement et migration féminine

Parmi les facteurs de cette hétérogénéité retenons les évolutions démographiques récentes de cette migration. Omar Samaoli rappelle qu’on ne peut pas renvoyer indéfiniment l’émigré à sa seule condition de travailleur et d’actif et qu’il est temps de tenir compte du vieillissement des Marocains de l’extérieur tout en considérant la gestion de cette étape de la vie. Chadia Arab et Nassima Moujoud pour leur part, proposent de penser la migration marocaine à partir des expériences des femmes qui partent seules et travaillent en Europe tout en s’interrogeant sur cette féminisation qui ne cesse de croitre en mettant en évidence son importance et sa diversité, alors que le discours dominant la réduit « à l’image de l’épouse, économiquement inactive et dépendante du migrant qui lui a fait le choix de partir et de travailler ».

– Retour sur les Juifs marocains

L’émigration des Juifs marocains peu étudiée dans les éditions précédentes et que l’on trouve aujourd’hui répartis dans de nombreux pays, mais qui demeurent dans leurs majorités attachées au pays d’origine. Mohammed Kenbib focalise l’analyse sur les Juifs marocains d’Europe, là où ils sont les plus nombreux en mettant en évidence les principales étapes de leur immigration dans le passé et plus récemment, leur degré d’intégration dans les différents environnements.  Alors que Aomar Boum, part à la recherche des Juifs marocains des Amériques dont l’histoire est peu connue malgré le fait que leur installation précoce dans la région est antérieure à de nombreuses communautés juives et chrétiennes d’Europe et du Moyen-Orient.

Une migration en constante recomposition

Cette hétérogénéité de la communauté marocaine de l’extérieur s’explique également par ses évolutions et ses recompositions constante. Parmi de nombreuses recompositions que les différents chapitres analysent, retenons deux et qui sont les baisses observées dans les effectifs et les redéploiements spatiaux.

– Le ralentissement des arrivées et des naturalisations

Un rapport récent à propos de l’immigration marocaine dans les pays de l’OCDE insiste sur le fait que depuis 2013 le Maroc n’appartient plus aux pays affichant les flux migratoires les plus élevés vers les pays de l’OCDE (OCDE, 2017). Il semblerait en effet, que globalement la longue tendance à la hausse observée jusqu’en 2008 a laissé la place à une longue tendance à la baisse des flux émis par le Maroc vers ces pays. Désormais, le Maroc ne ferait plus partie du top 10 des pays d’origine des flux d’émigration à destination de cette zone et il est largement dépassé par la Chine, le Mexique, les Philippines, l’Inde et la Pologne.

Les cas présentés dans ce livre confirment cette conclusion au moins au niveau des statistiques officielles. Or, selon ces données, non seulement il y a stagnation, mais parfois il y a même baisse, si on considère que les Marocains naturalisés sont automatiquement soustraits des statistiques qui traitent des étrangers. Ceci traduit en fait une stabilisation des communautés marocaines en Europe avec quelques retours au pays relevés ici et là.

Cette baisse des effectifs des résidents réguliers s’accompagne également d’une baisse de la demande sur les naturalisations. L’édition de 2014 avait insisté sur l’augmentation spectaculaire des naturalisations des Marocains. Or, il semblerait que ce mouvement enregistre également un certain ralentissement surtout dans les pays d’ancienne immigration marocaine. En France, le nombre de Marocains naturalisés chaque année est passé de 38.000 en 2000 à 16.662 en 2013 en raison du durcissement des conditions d’obtention sur lesquels s’arrête Thomas Lacroix. Aux Pays-Bas les partis politiques n’apprécient pas la double nationalité et une loi datée de 2009, stipule que tous les demandeurs de nationalité néerlandaise doivent signer une déclaration d’allégeance dans laquelle le demandeur déclare être loyal et respecter toutes les valeurs et lois néerlandaises. Les naturalisations sont en nette diminution : de 5.797 en 2010, elles sont passées à 3.364 en 2016 (Nadia Bouras). La même tendance est observable en Belgique : de 7.753 en 2006 elles sont passées à 3.996 en 2016 (Fatima Zibouh). Même un pays comme l’Espagne qui a connu une augmentation soutenue des naturalisations des Marocains avec un pic remarquable de 46.547 en 2013, l’augmentation continue certes, mais de façon moins spectaculaire (Mohammed Khaldi).

– Les recompositions territoriales

Un autre constat de 2014 qu’il faut légèrement nuancer aujourd’hui concerne la distribution spatiale des Marocains dans certains pays. Jusqu’à maintenant la tendance était à la sédentarisation des Marocains dans l’espace et de ce fait on observait peut de mouvements, les régions les plus fortement peuplées étaient toujours les mêmes. Or, il semblerait que là aussi il faille noter quelques mouvements de redistribution. En France, on observe une redistribution de la population marocaine, depuis les départements de l’Est qui sont d’anciennes région d’installation d’une immigration ouvrière, aujourd’hui en crise à la fois économique (chômage) et sociale (signalée par le vote FN), vers une façade atlantique où la présence marocaine a jusqu’ici été faible mais qui bénéficie de conditions économiques plus favorables (Thomas Lacroix). L’Espagne affiche la même mobilité des Marocains. Que ce soit les étudiants à la recherche de certaines filières ou les travailleurs poussés par les effets de la crise, les Marocains d’Espagne bougent sans cesse (Mohammed Khaldi).

Carte 1 : Répartition des Marocains dans le monde (hors Europe) – 2016 – Source des données : DACS – 2016

Carte 2 : Répartition des Marocains en Europe – 2016 – Source : DACS – 2016

L’implication constante de la migration dans le développement du pays

Si les diverses évolutions montrent les mutations profondes que vivent les communautés marocaines de l’étranger, il y a un aspect qui demeure inchangé malgré les mutations et la durée de l’éloignement. Il s’agit de l’implication dans le développement du pays d’origine.

– Le maintien des transferts

Bien que les émigrés marocains n’affichent en général qu’un taux d’emploi relativement bas et un taux de chômage élevé, ils ont fait preuve parfois d’une grande résilience vis-à-vis de la crise de 2008. Face à la dégradation du marché du travail suite à cette crise, ils ont, soit migré vers le secteur des services, soit opté pour l’aventure de l’entreprenariat comme dans le cas de l’Espagne (Mohamed Khaldi). Quoi qu’il en soit leurs envois au Maroc ont maintenu leurs rythmes. Selon le rapport de l’OCDE (OCDE, 2017) cité plus haut, les Marocains établis dans cette zone ont émis en 2013 le troisième flux de transferts de fonds en pourcentage du PIB du pays, soit 7% et n’ont été devancés que par les Philippines (10 %) et le Salvador (16 %).

– L’implication de la migration dans les projets du pays : régionalisation et développement local et régional

Un des exemples de cette participation au développement du pays a été abordé à travers le processus de la régionalisation en cours (Thomas Lacroix). La réforme marocaine, reprenant à son compte l’approche territorialisée du développement, supposait la mise en collaboration progressive d’acteurs étatiques et non étatiques, locaux et internationaux, individuels et collectifs. Et on le sait, la territorialité « réelle » de certaines régions marocaines se caractérise par ses extensions transnationales, portées par les émigrés et leurs transferts. Tel est le cas des deux régions du Souss-Massa et de l’Oriental qui font l’objet de nombreuses actions impliquant des émigrés et leurs associations et bénéficiant du soutien de différents organismes nationaux et européens. Cette interrogation sur l’insertion des migrants et leurs organisations dans ce processus de régionalisation n’omet pas de souligner les problèmes et les limites.

Les associations créées par la migration marocaine participent également aux transferts des moyens financiers, mais surtout humains. Que ce soit au Royaume Uni, où est apparue une nouvelle génération d’associations dont certaines se sont illustrées suite à l’incendie tragique de Grenfell de 2014 (Miryam Cherti) ou en Allemagne où les associations passent à une vitesse supérieure avec les initiatives des migrants hautement qualifiés de mises en réseau avec le pays d’origine (Khatima Bouras-Ostmann), le mouvement associatif maintient sa présence.

Intégration et identités

L’éloignement dans le temps et dans l’espace du pays d’origine ajouté aux sollicitations et aux nécessités de l’intégration dans la société d’accueil n’empêchent pas le Marocain qui vit à l’étranger de maintenir son attachement à son pays d’origine. Il arrive même à transmettre cet attachement aux générations suivantes qui sont nées et qui ont grandi en Europe, qui à leur tour développent une culture et une identité hybrides.

– La question de l’enseignement de la langue et de la culture d’origine

L’installation dans la durée des Marocains à l’étranger et le développement des générations ayant suivi la première, ainsi que l’évolution de ces Marocains entre deux cultures, celle d’origine qu’ils côtoient à l’occasion de leurs séjours au Maroc, et celle du pays d’accueil qui est omniprésente, posent la question de l’enseignement des langues et des cultures d’origine. L’ouvrage rend compte rend compte d’une évaluation menée par le Conseil Supérieur de l’Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique du programme de l’enseignement des langue et culture d’origine (ELCO) (Mohamed Berriane), pour voir jusqu’à quel point ce programme a atteint les deux objectifs de la préservation de l’identité culturelle et de l’attachement au pays d’origine. Un autre chapitre 6 (Myriam Cherti), s’arrête sur l’expérience de l’enseignement parallèle au Royaume Uni qui est dispensé en dehors des établissements scolaires réguliers à l’initiative d’associations et de mosquées.

– L’importance des dynamiques associatives dans l’intégration et l’attachement au pays

Dans les pays où ils peuvent s’organiser en associations, les Marocains ont un parcours tout à fait différent de celui de ceux qui n’ont pas cette possibilité. Dans les pays européens des premières migrations marocaines, ce tissu associatif est bien dense et engage de véritables dynamiques culturelles et sociales. En Belgique, les premières revendications politiques contre les stigmatisations et les discriminations remontent aux années 1970 et vont s’organiser au sein d’associations même si elles sont initialement créées pour des motivations purement culturelles et identitaires. Par la suite le mouvement associatif va être animé par les Maroco-Belges des générations suivantes et qui outre des revendications politiques va engager un processus de productions artistiques et culturelles que des médias portés par ces mêmes jeunes de l’immigration vont rendre plus visible (Fatima Zibouh). Dans les pays africains (Sénégal et Côte d’Ivoire) le paysage associatif a des motivations de solidarité communautaire et de quête d’identité (Johara Berriane). Dans les pays d’immigration plus récente, comme l’Italie et l’Espagne, le mouvement associatif existe certes, mais ne connait pas le même dynamisme. Alors que dans les pays du Golfe, ce mouvement est inexistant car interdit, et les Marocains qui y résident souffrent sérieusement de cet handicap (Mohamed Berriane).

– L’éclosion d’une nouvelle identité hybride, ancrée dans le legs culturel marocain, et ouverte sur la culture dominante

L’installation dans la durée de la communauté marocaine à l’étranger c’est aussi un rayonnement mondial marocain à travers la littérature. Catherine Enjolet s’attache à montrer l’envergure de la littérature marocaine, l’effervescence des rencontres littéraires de ses écrivains et écrivaines, et l’ampleur des perspectives de cette littérature marocaine de la migration. Quant à Moulim El Aroussi, il donne la réplique à propos des expressions artistiques des Marocains de l’extérieur. En observant le domaine de la création de ces Marocains, l’auteur entrevoie l’éclosion d’une nouvelle identité, qui tout en étant ancrée dans un legs culturel marocain, celui des parents, revêt des aspects tout à fait nouveaux. On assiste alors à la reconstruction d’une nouvelle identité à travers les expressions artistiques.

– Le renouveau religieux

Cette installation dans la durée se traduit enfin par l’esquisse d’un renouveau religieux qui est le produit généralement d’intellectuels formés aux sciences humaines, à itinéraire séculier et qui parfois n’ont pas d’ancrage de formation théologique. Yacob Mahi, dresse un horizon de C’est le cas, par exemple, de l’Islam belge où les Marocains et Belgo-Marocains développent une pensée islamique en pleine effervescence. Cette Islam belge apparait comme une construction intellectuelle d’une nouvelle pensée, qui s’oppose à la résonnance traditionnelle des pays d’origine.

– La participation politique (Belgique, Hollande, Canada)

Ces différentes transitions que vivent les communautés marocaines à l’étranger s’accompagnent enfin d’une mobilité sociale même si elle est lente, l’un des indicateurs de cette mobilité sociale étant la visibilité de plus en plus grande des Marocains dans la vie politique des pays d’accueil. En effet, si la première génération se tenait à l’écart de la vie politique, à part quelques exceptions d’engagement syndical – notamment en France – les générations suivantes s’engagent sur la scène politique. Elles participent aux opérations de vote en tant qu’électeurs et candidats et l’abstention peut être une attitude politique notamment aux Pays-Bas où un certain pessimisme s’installe parmi ces générations (Nadia Bouras). Mais en même temps on relève des percées parmi ces nouvelles générations de personnalités politiques qui peuvent devenir des représentants aux parlements comme en France, Belgique ou Canada ou des élus locaux parfois de grandes villes comme à Rotterdam aux Pays-Bas.

Tels sont les types de mobilités sociales et politiques qui émergent parmi les Marocains de l’extérieur. Précisons toutefois que ces mutations sont surtout valables dans les pays européens et notamment ceux ayant reçu les premières vagues de migrations marocaines comme la France, la Belgique ou les Pays-Bas. Ceci est moins le cas dans les pays européens d’immigration marocaine récente comme l’Espagne ou l’Italie. Et ceci est totalement absent dans les pays africains ou arabes. Dans les premiers l’immigration est encore très récente et dans les seconds le modèle migratoire ne permet aucunement ce type d’intégration.

Mohamed Berriane

La carte du mois : La multiplicité des trajectoires migratoires des migrants marocains installés en Andalousie

Différentes trajectoires des Marocains interviewés en Andalousie avant leurs installations d’après M Berriane et A. Cohen (2009)

Parmi les mobilités euro-méditerranéennes, les flux migratoires Sud Nord occupent une place de choix dans la recherche scientifique. Et l’une des idées admises autour de ces flux qui mérite d’être corrigée, est celle consistant à dire que ces flux donnent lieu dans leur majorité à des trajectoires simples et directes entre lieu de naissance et le lieu de destination.

Or, cette carte établie en 2009 à partir de recherches multisites menées à la fois au Maroc et en Andalousie montre bien que les trajectoires migratoires sont loin d’être simples et directes. Il s’agit d’un échantillon de Marocains établis en Andalousie et qui a été questionné sur les différentes étapes de leurs migrations avant l’établissement dans la durée en Andalousie.

Une typologie des parcours migratoires relève la fréquence modale des trajectoires simples entre le lieu de naissance au Maroc et la municipalité de destination en Andalousie. Mais ceci n’empêche pas que la plupart des itinéraires qui ont pu être reconstitués comprennent au moins une étape intermédiaire, que ce soit à l’intérieur du Maroc, à l’étranger ou bien conjuguant les déplacements internes et extérieurs. La densité et le croisement des itinéraires traduisent d’une façon éloquente la diversité des trajectoires avant installation.

Pour plus de détails voir

Berriane (M) et Cohen (A), (2009), Regards croisés sur la migration marocaine en Andalousie à travers ses origines géographiques, ses profils sociodémographiques et ses expériences migratoires, Revue Méditerranée, Numéro spécial « Migrations et territoires de la mobilité en Méditerranée », n°113, pp. 55-69, https://journals.openedition.org/mediterranee/3709

Cohen (A) et Berriane (M.), (dir.) (2011), De Marruecos a Andalucia: migracion y espacio social, Editorial Universidad de Granada, Campus Universitario de Cartuja, Granada, 428 pages

Une nouvelle forme de mobilité Nord-Sud : «L’émergence d’une destination de tourisme rural et rôle des résidents étrangers : Le cas du pays d’Ouarzazate»

Photo du jury et de l’impétrante après la proclamation du résultat

Le 19 avril 2019 à 15h, a eu lieu la soutenance de la thèse de Nada Oussoulous, intitulée « L’émergence d’une destination de tourisme rural et rôle des résidents étrangers : Le cas du pays d’Ouarzazate »

La thèse a été préparée sous la direction de Mohamed Berriane, PES à l’université Mohammed V de Rabat et a été inscrite en co-tutelle et co-diplomation à l’université Paul Valery Montpellier III, avec comme co-directeur Bernard Moizo, Directeur de recherche à l’IRD, Montpellier

Le contexte

Au Maroc, le tourisme représente un secteur stratégique pour l’économie nationale et son évolution a débouché aujourd’hui sur l’émergence de plusieurs types de tourismes. Cependant et depuis les années soixante, l’aménagement touristique marocain prôné et porté par les pouvoirs publics a connu une concentration sur le littoral, résultat d’une politique basée essentiellement sur le tourisme balnéaire, choix national pour développer des zones en difficultés. De ce fait, le tourisme balnéaire a longtemps été considéré par les décideurs comme le produit de base de la destination Maroc avec quelques programmes annexes centrés sur d’autres types de tourismes comme le tourisme en milieu rural, le tourisme culturel, et divers produits de niche. Dans ce choix stratégique, les décideurs étaient persuadés que le marché du tourisme international, à travers la principale zone émettrice pour le Maroc qui est l’Europe, était demandeur de ce produit balnéaire.

De ce fait les politiques publiques insistent prioritairement sur le balnéaire avec une place symbolique réservée au tourisme rural, ce qui a accusé et accuse encore un déséquilibre territorial croissant entre le Maroc littoral et les intérieurs. Cependant ce désintérêt manifesté par les politiques publiques vis-à-vis de ces intérieurs fait face à un double mouvement : une demande internationale qui, contrairement à ces choix des politiques économiques, aspire à découvrir les intérieurs et à aller à la rencontre des populations et des cultures des arrière-pays et une mobilisation plus ou moins spontanée des populations locales de ces intérieurs, épaulées par des acteurs étrangers, pour répondre à cette demande. Le tout imprimant aux arrière-pays montagnards et oasiens des dynamiques insoupçonnées et hors politiques publiques. Ces dernières essaient ici et là de rattraper ces évolutions, mais avec peu de succès.

C’est en s’inscrivant dans ces évolutions récentes qui font émerger un peu partout au Maroc des destinations touristiques qui s’organisent et se structurent à l’ombre des grandes stations ou des villes touristiques, que Nada Oussoulous a pensé, construit et mené sa recherche. Son choix s’est porté sur un terrain qui se prête bien à cette analyse et qui n’a pas été encore étudié sous cet angle et qui est le pays d’Ouarzazate qu’elle définit bien dès l’introduction.

Pour mener à bien sa démonstration elle fait appel à trois concepts majeurs : le tourisme, la mobilité en général et le patrimoine, afin de comprendre les nouvelles dynamiques touristiques et territoriales qui affectent les régions de l’intérieur du pays, que l’on nomme de plus en plus « arrière-pays ». Si ces trois concepts ont évolué jusqu’ici séparément, aujourd’hui, ils se chevauchent et débouchent sur de nouveaux processus de mise en tourisme et de patrimonialisation faisant intervenir de nouveaux acteurs qui peuvent être des étrangers. Loin d’être désordonnée, cette évolution est en fait une véritable restructuration des phénomènes liés à un tourisme qui aborde une nouvelle ère.

En effet, ces différentes initiatives annoncent et s’inscrivent dans de nouveaux comportements touristiques internationaux qui font naitre spontanément de nouvelles territorialités et on assiste un peu partout au Maroc à un développement soutenu de ce tourisme des arrière-pays qui se fait en dehors des politiques publiques même si les autorités de tutelle essaient ici et là de rattraper ces dynamiques.

Tels que définis dans la thèse les « arrière-pays » recouvrent toutes les zones rurales qualifiées de marginales et vulnérables : des espaces et des sociétés qui, se prêtant mal à la mise en œuvre des politiques de modernisation de l’agriculture, n’ont pas su ou pas pu capitaliser sur les grandes transformations de l’économie productiviste et sont, de ce fait, souvent considérés comme arriérés et immobiles. Or, comme elle le démontre bien dans son travail, si on considère le tourisme, ces arrière-pays, supposés « arriérés et immobiles », peuvent par endroits et par moment faire preuve d’un dynamisme surprenant et d’une mobilité réelle.

Les questionnements

Pour analyser les dynamiques touristiques de cet arrière-pays, la recherche s’articule autour de quatre grandes interrogations qui tout en s’enchaînant constituent certaines de ses hypothèses :

Il s’agit tout d’abord de la connexion des arrière-pays au système monde et cette constations découle d’une double interrogation : (i) Le pourquoi de la naissance des destinations touristiques dans les arrière-pays à ce moment précis et (ii) D’où provient la demande touristique sur les arrière-pays, alors que toutes les politiques publiques privilégient les avant-pays et un tourisme plutôt classique et basé sur le balnéaire et les villes culturelles ?

Il s’agit ensuite du rôle des résidents étrangers qui, autrefois touristes, deviennent les acteurs de cette connexion. Une fois que l’on a compris que l’intérêt touristique soudain pour ces arrière-pays est intimement lié aux mutations que connait le secteur touristique international, alors que les politiques publiques sont quasi-absentes pour éveiller cet intérêt, se posait la question des acteurs qui vont réagir à cette demande ?

Il s’agit aussi du rôle de ces acteurs étrangers dans le processus intéressant de patrimonialisation. L’un des centres d’intérêt qui retient le plus ces étrangers dans la région d’étude et qui les motive pour y résider et y investir dans des projets d’hébergement c’est le riche héritage d’habitat en terre de ces régions. Outre sa beauté et ses performances architecturales, cet habitat véhicule avec lui une culture, une ambiance, un savoir-faire et un savoir-vivre originaux. La troisième question est alors quel parti vont tirer ces différents acteurs de cet héritage ?

Il s’agit, enfin, d’une interrogation sur le devenir du territoire concerné. La combinaison de toutes ces dynamiques de mise en tourisme débouche-t-elle sur l’émergence de destinations touristiques et sur des constructions territoriales ? En effet, toutes ces mutations du secteur touristique qui émet une nouvelle demande, ces initiatives qu’elles émanent du bas ou descendent du haut pour créer l’offre, cette fréquentation touristique, cette patrimonialisation, cette mobilisation, vont-elles aboutir à une construction territoriale ? Jusqu’à quel point on assiste alors à l’émergence d’un territoire touristique structuré et visible sur le marché du tourisme international ? Cette destination arrive-t-elle à s’imposer comme un produit à part entière, visitée pour elle-même et non comme annexe des destinations voisines phares que sont Marrakech et Agadir ?

Le terrain de recherche : Le pays d’Ouarzazate

Le terrain retenu pour les besoins de cette recherche correspond à la zone des oasis du Draa et des vallées du versant sud du Haut Atlas central. Il s’agit de la région autour d’Ouarzazate nommée et délimitée dans l’ouvrage Maroc, région, pays, territoires (Troin et al 2002) comme le pays d’Ouarzazate. C’est un espace à cheval sur  des zones montagneuses et oasiennes, éloigné du littoral, en situation d’arrière-pays et qui fait l’objet d’une demande et d’une offre touristique pour un tourisme qui sort des sentiers battus.

La méthodologie

– La construction du sujet

L’insertion de ce travail dans le grand projet de recherche « Med-Inn-Local », et notamment dans le  Work-Package 5 sur la « valorisation territoriale des arrière-pays par le tourisme ? », a permis un cadrage extrêmement utile. Partie intégrante de ce projet de recherche la thèse s’interroge sur les capacités du tourisme à valoriser les arrière-pays. Mais vu la complexité du sujet et la multiplicité des intervenants, l’impétrante a choisi de focaliser sa recherche sur les acteurs étrangers au Maroc et à la région comme porte d’entrée. Ces étrangers qui ont opté pour une installation dans la durée ou pour un va et vient continu entre leurs pays d’origine et le pays d’Ouarzazate afin de créer et de gérer des structures d’hébergement touristiques alternatives. Mais la focalisation sur cette dimension humaine ne se réduit pas à l’étude de ces seuls étrangers puisqu’elle ne constitue qu’une entrée permettant de comprendre le fonctionnement de tout le système ainsi que les dynamiques qu’il génère. Ce choix méthodologique volontaire ne fut pas de tout repos car très vite Nada Oussoulous s’est rendu compte que ces acteurs nouveaux venus dans la région posaient de sérieux problèmes de définition car ne correspondant pas aux catégories d’analyse habituelles.

– La mobilisation de différents concepts

Outre la consultation de la littérature classique autour du tourisme et de la région ou encore les politiques publiques, le travail s’est focalisé sur tout ce qui rapporte à la problématique générale des arrière-pays et leurs rapports aux avant-pays, notamment les résultats de recherches et d’observations menées dans les pays de la rive nord de la Méditerranée. Il a fait appel également aux approches que développe la recherche anglo-saxonne autour des migrations de style ou de mode de vie tel que les concepts de Life style migration ou Quest migration ou encore Amenity migration. Ce qui a permis de rendre un peu plus intelligible la complexité de ces migrations et donner du sens à ces situations d’entre-deux.

– Les investigations de terrain et priorité au travail qualitatif

La méthodologie de recherche a fait le choix d’utiliser des outils de travail qualitatifs. Elle s’articule autour 3 grands modules (i) Le déroulement du travail de terrain qui a eu comme sites la ville d’Ouarzazate, l’oasis de Skoura, celles d’Agdz et de Zagora en plus de Mhamid et ses environs, (ii) Les entretiens qualitatifs et (iii) – Les observations directes, non participantes. Concernant le travail d’entretien proprement dit l’identification des répondants s’est faite au fur et à mesure de la maîtrise du terrain et de la progression de la réflexion. Au total 82 entretiens ont été réalisés dont 40 avec les porteurs de projets étrangers, 15 avec les porteurs de projets marocains, 16 avec les locaux, 6 avec les institutions publiques et associatives et 5 entretiens dans le cadre du regard croisé Maroc-Corse. En fonction de l’inventaire réalisé préalablement et qui énumère 214 établissements présents dans le pays d’Ouarzazate, les entretiens ont touché 25% de la totalité de ces établissements.

La structuration de la thèse

La thèse se structure en 3 parties, chacune comportant 3 chapitres.

La première partie

Essaie de contextualiser les dynamiques en cours dans cet arrière-pays et qui ont abouti à la construction d’une destination touristique rurale. Il y a d’abord le contexte international qui concerne les mutations que connait la demande touristique essentiellement européenne. Le premier chapitre présente le contexte touristique général dans le champ des recherches sur le tourisme et la mobilité complété par le contexte touristique national et local et les politiques publiques qui l’encadrent ainsi que le rôle de l’économie collaborative dans ces évolutions. Le deuxième chapitre s’attarde sur l’élément architectural ancestral en terre qui est l’un des éléments qui sont à l’origine de l’arrivée des touristes et des porteurs de projets étrangers. Le troisième et dernier chapitre montre comment se situe dans ce nouveau contexte national et international l’arrivée des résidents étrangers, principal objet de la recherche, et les nouveaux concepts qui essaient de donner du sens à ces nouveaux migrants nord-sud.

– La deuxième partie

Elle est entièrement consacrée à ces nouveaux résidents, produits des nouvelles mobilités nord-sud. Le chapitre quatre analyse leurs profils et trajectoires et les motivations qui les poussent à s’installer dans cet arrière-pays. Les questions de l’intégration au sein du nouveau territoire et du « vivre ensemble » sont traitées dans le cinquième chapitre, alors que le sixième analyse l’environnement de l’investissement de ces étrangers dans une région rurale.

– La troisième et dernière partie

La réflexion se termine sur un essai d’analyse des retombées de cette mise en tourisme. Le chapitre sept tente d’évaluer les effets socio-économiques de ces implantations de structures d’hébergement en milieu rural. Le chapitre huit revient sur les effets sur le patrimoine et le chapitre neuf termine la thèse en s’arrêtant sur la dimension territoriale.

Ainsi menée à son terme, la thèse de Nada Oussoulous a non seulement répondu à toutes les questions qu’elle a soigneusement définies en introduction, mais elle a complété et de façon satisfaisante tout un pan des recherches qui s’intéresse aux arrière-pays, au tourisme rural, aux mobilités nord-sud, au développement local et à l’émergence de nouvelles destinations touristiques dans des régions marginalisées jusqu’ici.

La soutenance s’est déroulée devant un jury composé de Mohammed ADERGHAL, UM5R, president, Mohamed BERRIANE, UM5R, codirecteur, Bernard MOIZO, IRD, Montpellier, codirecteur, Geneviève MICHON, IRD, Montpellier, membre, Caroline Tafani, Université de Corte, membre, Atman HNAKA, Université Ibn Zohr, Agadir, membre

Rappelons que ce travail de recherche a été réalisé au sein de trois unités de recherche : le laboratoire E3R, équipe de Recherche sur la Région et la Régionalisation devenue depuis 2017 le LITOPAD de l’Université Mohammed V de Rabat, l’UMR Gouvernance, Risques, Environnement, Développement (GRED) de l’Université Paul Valéry Montpellier III et le Laboratoire Mixte International (Mediter) dont les tutelles sont l’IRD France, l’UM5R et l’UCAM. Par ailleurs, le sujet traité s’insérait dans le programme de recherche Med-Inn-Local et le travail de terrain a bénéficié d’un financement de ce même programme obtenu dans le cadre de l’appel à projet Transmed de l’ANR France, alors que la mobilité pour les stages à l’étranger l’a été par l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF).

Mohamed Berriane, Co-directeurs de thèse. Rabat, le 19-03-2019

Expérience professionnelle en matière d’études commandées et expertises de M. Berriane

1973 – 1975    Co-responsable de l’Atlas National des Potentialités Touristiques – 40 planches avec notices, (Inédit). (Maroc-Développement pour le compte du Ministère du Tourisme).

1980    Etat de l’environnement au sein de la médina de Tiznit. (Maroc-Développement-Maroc-Setec pour le compte du Ministère de l’Habitat et de l’Aménagement du Territoire). Rapports : Habitat, Patrimoine culturel, Synthèse (en collaboration)

1980    Etat de l’environnement au sein de la médina d’Essaouira – (Maroc-Développement- Maroc-Setec pour le compte du Ministère de l’Habitat et de l’Aménagement du Territoire). Rapports : Habitat, Patrimoine culturel, Synthèse (en collaboration)

1981-1984      Direction technique et scientifique de l’Atlas des Ressources Naturelles – Coordination technique et scientifique de la rédaction, du dessin, de l´impression et de l’édition de 28 cartes en couleurs avec notices et rédaction des planches. (Maroc-Développement pour le compte de la Direction de l’Aménagement du Territoire)

1988    Etude d’aménagement d’une station thermale (C.I.D pour le compte du Ministère du Tourisme)

1989    Etudes préliminaires pour l’aménagement de la Baie des Palmiers, Agadir (pour le compte de la Société Palm Bay et du C.I.H)

1991    Schéma National d’Aménagement du Territoire (SNAT). Consultant national pour la première phase, au poste d’Aménagiste du Développement Touristique (1991). Rédaction du rapport sectoriel “Tourisme”. Pour le compte de la Direction de l’Aménagement du Territoire et du P.N.U.D

1992    Etude sur les migrations des Marocains vers les pays de l´Union Européenne. (GERA – Faculté des Lettres pour le compte de la Délégation de la Commission des Communautés Européennes au Maroc).

1993    Plan d´Aménagement du Grand Nador – Consultant pour le rapport Economie Urbaine (pour le compte du Ministère de l´Intérieur – Province de Nador)

1994 –1995     Stratégie d´Aménagement Touristique – Missions : Tourisme intérieur et littoral et l’établissement de l‘Atlas cartographique (URBAPLAN-GLION-IIHEM, pour le compte du Ministère du Tourisme).

1995    Tourisme/Culture/Développement : le cas du Maroc- (expertise pour le compte de l´UNESCO dans le cadre de la décennie mondiale de la culture).

1995-96          Schéma Directeur d´Aménagement et d´Urbanisme, et Schéma Directeur d´Aménagement du Littoral d´Asilah – Rapport tourisme (pour le compte de la Direction de l´Urbanisme).

1997    Etude d´évaluation des problèmes et potentialités et d´élaboration d´un profil de pauvreté de la commune rurale des SHOUL (pour le compte de l´Association du Bou Regreg et du PNUD)

1997    Etude d´un plan de développement du tourisme rural dans les provinces du Nord (SECA – pour le compte de la Caisse française de développement et du Ministère du Tourisme)

1998    Tourisme/Culture/Développement dans le Monde Arabe – pilotage d´une étude inter arabe sur le modèle de celle réalisée pour le Maroc et rédaction du rapport de synthèse (pour le compte de l´UNESCO dans le cadre de la décennie mondiale de la culture)

1998    Evaluation de l’impact du tourisme sur l’environnement urbain, cas d’Agadir. Centre for Environment and Development For Arab Region and Europe, CEDARE, Le Caire.

2001 – 2002 Etude du tourisme intérieur (THR pour le compte du Département du Tourisme)

2001-2003 Élaboration de la stratégie de développement du tourisme en zone rurale et étude de faisabilité d’un projet pilote d’écotourisme dans les provinces du Nord (Chefchaouen et Al Hoceïma) (OMT-PNUD-Département du Tourisme), poste de consultant principal tourisme rural.

2002    Mise en place de l’Observatoire du Tourisme au Maroc (Département du Tourisme-EDESA), chef de projet

2002    Expertise pour le Plan Bleu sur « Tourisme et développement durable en Méditerranée »

2002    Consultant de l’UNESCO pour le projet « Stratégie pour un développement durable du tourisme au Sahara »

2008    Consultant auprès du Plan Bleu (PNUE et PAM) pour la rédaction de l’étude nationale « Promouvoir un tourisme durable au Maroc : suivi de la stratégie méditerranéenne pour le Développement Durable »

2009    Rapporteur des travaux de la cinquième réunion du Groupe de Travail International sur le Développement du Tourisme Durable, Marrakech

2009-2010    Consultant auprès du Plan Bleu (PNUE et PAM) pour l’élaboration du Profil de durabilité de quelques destinations touristiques méditerranéennes

2009-2010      Etude de faisabilité pour le transfert du modèle mexicain pour la mobilisation de l’épargne de l’émigration 3×1 au Maroc (GIZ).

2016    Etude d’évaluation des Facultés polydisciplinaire, pour le compte de l’Instance Nationale de l’Evaluation du Conseil Supérieur de l’Enseignement

2017    Valorisation de la recherche sur les migrations au Maroc. Pour le compte du projet SHARAKA de l’Union Européenne

Principales publications depuis 2000

Articles

Berriane (M), (2001) Arbeitsmigration aus Nordafrika und ihre Auswirkung auf die Herkunftsgebiete, G.R 49 (2001) H. 6 (S. 38-42)

Berriane (M), (2003) Les rapports du migrant rifain avec sa région d’origine, RGM, Vol 21, Nouvelle Série, Nº 1 et 2, pp. 41-58

Berriane (M), (2008) Les sciences humaines à l’Université marocaine entre recherche fondamentale et engagement dans l’effort de développement, le cas de la géographie, Prospectives Universitaires, Revue de l’Université Mohammed V – Agdal, n° 1, pp 85-97

Berriane (M), (2010) Patrimoine et patrimonialisation au Maroc, introduction au numéro spécial de la revue Hespéris – Tamuda, Volume XLV, Fas. Unique, pp. 11-15

Berriane (M), (2016), Développement territorial et transition touristique en Méditerranée dans un climat qui change, Bulletin de l’Académie Hassan II des Sciences et Techniques, pp 37-45

Berriane (M), (2016), Les terroirs au Sud, vers un nouveau modèle ? Une expérience marocaine, présentation de l’ouvrage, Bulletin de l’Académie Hassan II des Sciences et Techniques, pp 122-128

Berriane (M), (2017), Le Maroc et les changements climatiques : Adaptation et résilience des Sociétés, Revue Hesperis-Tamuda, Volume LII (1) (2017), pp. 15-24, http://www.hesperis-tamuda.com/index.php/derniers-numero/numero-2017-fascicule1/374-2

Articles en collaboration

Berriane (M) et Cohen (A), (2009), Regards croisés sur la migration marocaine en Andalousie à travers ses origines géographiques, ses profils sociodémographiques et ses expériences migratoires, Revue Méditerranée, Numéro spécial « Migrations et territoires de la mobilité en Méditerranée », n°113, pp. 55-69

Berriane (M) et Nakhli (S), (2011), En marge des grands chantiers touristiques mondialisés, l’émergence de territoires touristiques « informels » et leur connexion directe avec le système monde, Revue Méditerranée, Numéro spécial « Le Maghreb dans la Mondialisation, subalternité et fragmentation territoriale, n°116, pp. 115-122

Berriane (M), Aderghal (M), Idrissi Janati (M), Berriane (J), (2013), Immigration to Fes: The Meaning of the New Dynamics of the Euro-African Migratory System, Journal of Intercultural Studies, Volume 34: Issue 05, pages 486-502, 10.1080/07256868.2013.827825

Berriane (M) and Moizo (B), (2014), “Local initiatives, public policies and the development of tourism in the rural Morocco: A 15 year perspective on development initiatives in rural tourism”, Frontiers in Science and Engineering (FSE), An International Journal Edited by Hassan II Academy of Science and Technology,Volume 1- Number 1, http://www.academie.hassan2.sciences.ma/fse/docpaper/55-32.pdf

Berriane (M) and Aderghal (M), (2014), “Sub-Saharan migrants in Fes: A presence on the margins of an evolving city”, Frontiers in Science and Engineering (FSE),An International Journal Edited by Hassan II Academy of Science and Technology, Volume 1- Number 1, http://www.academie.hassan2.sciences.ma/fse/docpaper/55-47.pdf

Senil ()., Michon (G), Aderghal (M), Berriane (M)., Boujrouf (S), Furt (J.-M), Moizo (B), Romagny (B), Sorba (J.-M), Tafani (C), (2014), « Le patrimoine au secours des agricultures familiales ? Eclairages méditerranéens », Revue Tiers Monde, n°220, octobre-décembre 2014, « Agricultures familiales : trajectoires, modernités et controverses (I) », http://www.armand-colin.com/revues_article_info.php?idr=30&idnum=577879&idart=11598

Berriane (M), de Haas (H) & Natter (K), (2015), Introduction: revisiting Moroccan migrations, The Journal of North African Studies, Special Issue, Revisiting Moroccan Migrations, Volume 20, Issue 4, pp. 503-521, http://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/13629387.2015.1065036

Berriane (M), Michon (G), Skounti (A), Moizo (B), Romagny (B), Tebbaa (O), (2015), « Les patrimoines ruraux au Maroc : Un nouveau produit des mobilités contemporaines ?, Revue GéoDév.ma, http://revues.imist.ma/?journal=GeoDev&page=article&op=view&path[]=4086

Berriane (M) et Janati Idrissi (M), 2017, Les résidents européens de la médina de Fès : une nouvelle forme de migration Nord-Sud vers le Maroc, Autrepart (77), De L’Europe vers les Suds : nouvelles itinérances ou migrations à rebours ?, 2017, p. 87-105, https://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=AUTR_077_0087

Michon (G), Berriane (M), Romagny (B), Al Ifriqui (M), (2017), Agriculture de terroir et changement climatique dans les arrière-pays méditerranéens : les savoirs locaux peuvent-ils inspirer des solutions adaptatives ? Revue Hesperis-Tamuda, Volume LII (1) (2017), pp. 319-356, http://www.hesperis-tamuda.com/index.php/derniers-numero/numero-2017-fascicule1/386-15

Mohamed Berriane et Caroline Tafani, « Tourisme durable et articulations littoral-arrière-pays en Méditerranée », Revue GéoDév.ma, Volume 5 (2017). Numéro spécial : « Tourisme durable et articulation entre littoral et arrière-pays en Méditerranée », en ligne, http://revues.imist.ma/index.php?journal=GeoDev&page=article&op=view&path%5B%5D=11342&path%5B%5D=6413

Geneviève Michon, Mohamed Berriane, Mohammed Aderghal, Lahoucine Amzil, Pierre-Antoine Landel, Lucile Medina, Stéphane Ghiotti, « Construction d’une destination touristique d’arrière-pays : La « Vallée des roses » (Maroc), Revue GéoDév.ma, Volume 5 (2017), Numéro spécial : « Tourisme durable et articulation entre littoral et arrière-pays en Méditerranée », en ligne, http://revues.imist.ma/index.php?journal=GeoDev&page=article&op=view&path%5B%5D=11348

Ouvrage

Berriane (M) et al. (2009), Tourisme des nationaux, tourisme des étrangers. Quelles articulations en Méditerranée ?, Publications de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Rabat, Série Essais et Etudes, n° 41, 277 pages

Ouvrages en responsabilité

Berriane (M) et Signoles (P) (sous la direction), (2000) Les espaces périphériques au Maroc et au Maghreb à l’heure de la mondialisation, Publications de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat, Série Colloques et Séminaires Vol. 88, 380 pages

Berriane (M) et Kagermeier (A) (sous la direction), (2001) Le Maroc à la veille du troisième millénaire : Défis, chances et risques d’un développement durable, Publications de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat, Série Colloques et Séminaires, vol. 88, 300 pages

Berriane (M) et Lopez Garcia (B) (sous la direction), (2004) Atlas de l’immigration marocaine en Espagne, en collaboration avec l’Université autonome de Madrid et en co-édition avec Bernabé Lopez Garcia

Berriane (M) Benhadda (A) et Belghazi (T), (2008) Quel avenir pour les Facultés des Lettres et des Sciences Humaines du Maroc ?, Publications de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat, Série Colloques et Séminaires, nº152,Rabat

Cohen (A) et Berriane (M.), (dir.) (2011), De Marruecos a Andalucia: migracion y espacio social, Editorial Universidad de Granada, Campus Universitario de Cartuja, Granada, 428 pages

Berriane (M) and Hein de Haas (editors), (2012), African Migrations Research: Innovative Methods and Methodologies, Edition Africa World Press

Berriane (M), et Hein de Haas (éditeurs), (2012), Les recherches sur les migrations africaines, L’Harmattan, collection Etudes Africaines

Berriane (M) et Aderghal (M) et al. (2012), Tourisme rural, gouvernance territoriale et développement local en zones de montagnes, publications de l’ONDH, 110 pages.

Berriane (M) (sous la direction de), (2014), Marocains de l’extérieur – 2013, Publications de la Fondation Hassan II pour les Marocains résident à l’étranger, 700 pages

Berriane (M), dir (2014), Le tourisme des arrière-pays méditerranéens, des dynamiques territoriales locales en marge des politiques publiques, édition Université Mohammed V – Agdal, Université Euro-Méditerranéenne de Fès et LMI MediTer, 271 pages.

Berriane (M) et Michon (G) dir. (2016), Les terroirs au Sud, vers un nouveau modèle ?, Une expérience marocaine, Editions IRD et Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat, 372 pages.

Chapitres d’ouvrages

Berriane (M), (2001) Le paradigme de la durabilité dans le dialogue nord-sud : introduction à la thématique du colloque, in Le Maroc à la veille du troisième millénaire : Défis, chances et risques d’un développement durable (Edit. par Mohamed Berriane et Andreas Kagermeier), Publications de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat, Série Colloques et Séminaires, vol. 88, pp 11-15

Berriane (M), (2001), Le patrimoine culturel et son utilisation touristique : le cas de l’habitat en terre du Sud marocain, in Le Maroc à la veille du troisième millénaire : Défis, chances et risques d’un développement durable (Edit. par Mohamed Berriane et Andreas Kagermeier), Publications de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat, Série Colloques et Séminaires, vol. 88, pp 111-122

Berriane (M),(2000) Le local et son rôle dans la réhabilitation et le développement d’une région périphérique : le cas du Rif oriental, in Les espaces périphériques au Maroc et au Maghreb à l’heure de la mondialisation (édit. par M. Berriane et P. Signoles), Publications de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat, Série Colloques et Séminaires Vol. 88, pp. 211-224

Berriane (M), (2002) Les entrepreneurs migrants au Maroc : M.Berriane et A. Hnaka, in La Méditerranée des réseaux. Marchands, entrepreneurs et migrants entre l’Europe et le Maghreb, Cesari Jocelyne (dir.), Paris, Maisonneuve et Larose/Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (coll. L’atelier méditerranéen),

Berriane (M), (2002) Réseaux familiaux transnationaux et fonctionnement d’un espace frontière : Nador-Melilla ; in La Méditerranée des réseaux. Marchands, entrepreneurs et migrants entre l’Europe et le Maghreb, Cesari Jocelyne (dir.), Paris, Maisonneuve et Larose/Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (coll. L’atelier méditerranéen),

Berriane (M), (2002) Le Rif oriental ou région de Nador, in Maroc : régions, pays, territoires, JF Troin (édit.), Maisonneuve et Larose, Paris, Tariq, Rabat, pp. 277-291

Berriane (M), (2002) Le Souss-Massa et ses prolongements, in Maroc : régions, pays, territoires, JF Troin (édit.), Maisonneuve et Larose, Paris, Tariq, Rabat, pp. 295-312

Berriane (M), (2002) Le maillon intérieur : la région de Fès-Meknès, in Maroc : régions, pays, territoires, JF Troin (édit.), Maisonneuve et Larose, Paris, Tariq, Rabat, pp. 133-151

Berriane (M), (2002) Organisation politique et administrative du Maroc, in Maroc : régions, pays, territoires, JF Troin (édit.), Maisonneuve et Larose, Paris, Tariq, Rabat, pp. 38-40

Berriane (M), (2002) Le Maroc et l’Union Européenne, in Maroc : régions, pays, territoires, JF Troin (édit.), Maisonneuve et Larose, Paris, Tariq, Rabat, pp. 272-275

Berriane (M), (2002) Le tourisme au Maroc, in Maroc : régions, pays, territoires, JF Troin (édit.), Maisonneuve et Larose, Paris, Tariq, Rabat, pp. 322-324

Berriane (M), (2003) Einblicke in die französische Tourismusgeographie, in (Becker, Hopfinger, Steinecke, édit.) Geographie der Freizeit und des Tourismus, Bilanz und Ausblick, Oldenburg Verlag München Wien, pp.45-54

Berriane (M), (2003) Les Marocains résidant en Allemagne, in Marocains de l’extérieur, édit. Fondation Hassan II pour les Marocains Résidant à l’Etranger, pp. 21-52

Berriane (M), (2006) L’approche territoriale pour la mise en tourisme du milieu rural, in Développement rural, pertinence des territoires et gouvernance, coordination A. Iraki, Inau/Relor, Rabat, pp. 83-95

Troin (J.F.), Berriane (M), Guittouni (A), Laouina (A), Kaioua (A), Naciri (M) et Troin (F), (2006) Maroc, nouvelle approche de la géographie régionale, Edition Tarik (en collaboration et en arabe)

Berriane (M), (2007) Les Marocains d’Allemagne, in Marocains de l’extérieur – 2007, édit. Fondation Hassan II pour les Marocains Résidant à l’Etranger, pp. 261-308

Deil (U), Culmsee (H.) et Berriane (M), (2008), Sacred groves in Morocco: Vegetation Mosaics and Biological Values, in African Sacred Groves, (Edited by Michael J. Sheridan), pp. 87-102

Berriane (M), (2011), Las nuevas dinámicas de la emigración marroquí hacia Europa, in (Sara Maria Lara Flores coordinadora), Migraciones de trabajo y movilidad territorial, Collection Desarrollo et Migración, pp. 123-148, México

Berriane (M),(2008) Etat des lieux de la recherche géographique : Une production scientifique foisonnante et une communauté scientifique absente, in Quel avenir pour les Facultés des Lettres et des Sciences Humaines du Maroc ?, Publications de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat, Série Colloques et Séminaires, nº 152, Rabat, 2008, pp 15-35

Berriane (M), Aderghal (M), Amzil (L), (2012), Migratory flows and profiles of Moroccan migrants in Spain, Methodological elements for a quantitative analysis of Moroccan emigration to Andalusia (Spain), African Migration Research: Innovative Methods and Methodologies, “Mohamed Berriane and Hein de Haas (editors), Edition Africa World Press

Berriane (M), (2014), Les nouvelles tendances de la migration marocaine, In Marocains de l’extérieur – 2013, Publications de l’observatoire de la Communauté marocaine résidant à l’étranger, pp 9-20.

Berriane (M), (2014), Images et perceptions de l’Europe par la société marocaine à travers le prisme des droits de l’Homme, In Marocains de l’extérieur – 2013, Publications de l’observatoire de la Communauté marocaine résidant à l’étranger, pp. 159- 187

Berriane (M), Aderghal (M), (2014), Etat de la recherche sur les migrations marocaines, In Marocains de l’extérieur – 2013, Publications de l’observatoire de la Communauté marocaine résidant à l’étranger, pp. 23-60

Berriane (M), (2014), « Introduction générale : Les arrière-pays méditerranéens : Destinations touristiques émergentes ». In (Berriane, direction.), Le tourisme des arrière-pays méditerranéens, des dynamiques territoriales locales en marge des politiques publiques, édition Université Mohammed V – Agdal, Université Euro-Méditerranéenne de Fès et LMI MediTer, pp. 9-20 (2014).

Berriane (M), (2014), « L’arrière-pays au secours du littoral ? Le cas du littoral de Tétouan et de son arrière-pays. ». In (Berriane, direction.), Le tourisme des arrière-pays méditerranéens, des dynamiques territoriales locales en marge des politiques publiques, édition Université Mohammed V – Agdal, Université Euro-Méditerranéenne de Fès et LMI MediTer (2014).

Berriane (M), et Moizo (B) (2014), « Initiatives locales, politiques publiques et développement du tourisme en milieu rural au Maroc : Bilan de 15 années de tourisme dans les arrière-pays. » In (Berriane, direction.), Le tourisme des arrière-pays méditerranéens, des dynamiques territoriales locales en marge des politiques publiques, édition Université Mohammed V – Agdal, Université Euro-Méditerranéenne de Fès et LMI MediTer, pp. 21-42 (2014).

Berriane (M), et Amzil (L) (2014), « Les Ida-ou-tanane : Une destination touristique produit du jeu des acteurs. ». In (Berriane, direction.), Le tourisme des arrière-pays méditerranéens, des dynamiques territoriales locales en marge des politiques publiques, édition Université Mohammed V – Agdal, Université Euro-Méditerranéenne de Fès et LMI MediTer, pp. 79-113 (2014).

Berriane (M), et Nakhli (S) (2014), « La gestation d’une nouvelle destination touristique aux portes d’Essaouira : tourisme rural ou tourisme de banlieue ? ». In (Berriane, direction.), Le tourisme des arrière-pays méditerranéens, des dynamiques territoriales locales en marge des politiques publiques, édition Université Mohammed V – Agdal, Université Euro-Méditerranéenne de Fès et LMI MediTer, pp. 116-149 (2014).

Berriane (M), Aderghal (M), et Amzil (L) (2014), « La montagne marocaine : y a-t-il un renouveau par les terroirs ? Etudes sur les massifs d’Oulmes et du Siroua ». In (Berriane, direction.), Le tourisme des arrière-pays méditerranéens, des dynamiques territoriales locales en marge des politiques publiques, édition Université Mohammed V – Agdal, Université Euro-Méditerranéenne de Fès et LMI MediTer, pp. 151-176 (2014).

Berriane (M), et Aderghal (M) (2014), « Conclusion générale : L’intérêt des regards croisés ». in (Berriane, direction.), Le tourisme des arrière-pays méditerranéens, des dynamiques territoriales locales en marge des politiques publiques, édition Université Mohammed V – Agdal, Université Euro-Méditerranéenne de Fès et LMI MediTer, pp. 261-269 (2014).

Berriane (M), (2015), Die marokkanische Migration nach Deutschland aus der Sicht Marokkos, in Jenseits von Rif und Ruhr. 50 Jahre marokkanische Migration nach Deutschland, (Andreas Pott, Khatima Bouras-Ostmann, Rahim Hajji und Soraya Moket, édit.), Springer VS, pp. 269-298.

Berriane (M), (2015), dynamiques territoriales et politiques publiques : territoires fonctionnels et territoires officiels, in Le Maroc au présent. D’une époque à l’autre, une société en mutation, Ss la dir. B Dupret, Z. Ghani ; A. Boutaleb et J-N Ferrié. CJB et FRA).

Berriane (M), et Michon (G), (2016), Changements globaux, vulnérabilité et adaptation des sociétés rurales dans les pays du pourtour méditerranéen, In Berriane (M) et Michon (G) dir. (2016), Les terroirs au Sud, vers un nouveau modèle ?, Une expérience marocaine, Editions IRD et Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat, pp. 29-48

Michon (G), Berriane (M), Romagny (B) et Skounti (A), (2016), Les enjeux de la patrimonialisation dans les territoires du Maroc, In Berriane (M) et Michon (G) dir. (2016), Les terroirs au Sud, vers un nouveau modèle ?, Une expérience marocaine, Editions IRD et Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat, pp. 191-179

Berriane (M) et Moizo (B), (2016), Processus d’émergence d’une destination touristique rural, In Berriane (M) et Michon (G) dir. (2016), Les terroirs au Sud, vers un nouveau modèle ?, Une expérience marocaine, Editions IRD et Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat, pp. 215-232

Berriane (M), Oussoulous (N), Michon (G), Aderghal (M) et Moizo (B), (2016), Tourisme et résidents étrangers dans les arrière-pays marocains, In Berriane (M) et Michon (G) dir. (2016), Les terroirs au Sud, vers un nouveau modèle ?, Une expérience marocaine, Editions IRD et Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat, pp. 233-251

Berriane (M), Michon (G) et Aderghal (M), (2016)), Des moussem aux fêtes et foires à thèmes, In Berriane (M) et Michon (G) dir. (2016), Les terroirs au Sud, vers un nouveau modèle ?, Une expérience marocaine, Editions IRD et Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat, pp. 291-309

Michon (G) et Berriane (M), (2016), Le terroir, une réponse aux changements globaux au Maroc et dans les pays du sud ? In Berriane (M) et Michon (G) dir. (2016), Les terroirs au Sud, vers un nouveau modèle ?, Une expérience marocaine, Editions IRD et Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat, pp. 329-372

Michon (G) et Berriane (M), Romagny (B) et Alifriqui (M), (2017), Les savoir locaux peuvent-ils inspirer des solutions adaptatives dans les arrière-pays du Maroc ?, In Benmakhlouf (A), L’humanité face aux défis climatiques et environnementaux, approches multidisciplinaires, Fondation Roi Abdulaziz –Collection Dialogue des deux rives, Casablanca, pp. 87-109

A propos de l’éditeur du blog: Mohamed Berriane

Mohamed Berriane est professeur émérite de l’Université Mohammed V – Rabat, ancien doyen de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat et ex co-directeur du Laboratoire Mixte International MediTer (IRD – France). Il est membre résident à vie de l’Académie Hassan II des Sciences et Techniques et chercheur associé à l’Institut des Migrations Internationales, Université d’Oxford. Ses intérêts de recherche incluent les questions de développement local et régional et l’impact du tourisme et de l’émigration internationale des Marocains sur leurs régions d’origine. Il a publié plusieurs articles et livres sur la migration marocaine et nord-africaine et sur le tourisme et ses effets sur les destinations. Il a co-édité l’Atlas de la Inmigración Marroqui en España.

Tourisme, mobilités, territoires

L’objectif de ce blog est de continuer une réflexion qui a commencé à la fin des années 70 et qui se continue encore de nos jours en raison de la complexification du phénomène objet de cette réflexion, tout en la partageant avec tous ceux qui s’intéressent à cette thématique. Il s’agit d’une réflexion autour du tourisme et ses rapports avec l’espace et la société à travers le cas du Maroc qui pourrait être croisée avec les observations faites tout autour du bassin méditerranéen.
Dans un premier temps (années 90) l’attention fut focalisée sur le tourisme international qui commençait à fréquenter les destinations touristiques émergentes de la rive sud, certains de ces pays ayant décidé de jouer la carte du tourisme. Mais dès les années 90 et malgré les idées admises à l’époque selon lesquelles il n’y a que les sociétés de consommation et technologiquement avancées qui pouvaient émettre une demande touristique, la réflexion a intégré la demande interne qui se développait de plus en plus, sans que ça soit le résultat du seul mimétisme. La combinaison de ces demandes, l’internationale et la nationale va très vite marquer l’espace et la société et la réflexion se devait de démêler les apports respectifs de ces demandes, mais aussi leurs articulations éventuelles
A partir de 2000, avec l’avènement du tourisme post-fordiste et les mutations de la demande émanant de l’Europe, principal foyer émetteur de tourisme vers les destinations maghrébines, mais aussi la généralisation de la mondialisation et l’accélération et la densification des mobilités, le tourisme n’est plus qu’une composante parmi différentes mobilités nord-sud. Aujourd’hui, la recherche doit appréhender ce phénomène dans ses articulations avec les autres mobilités. L’évolution de ces mobilités et leur complexification font qu’il désormais nécessaire de revoir nos grilles d’analyse tout en adoptant des approches qui privilégient l’hybridité et l’étude de l’entre-deux.
Or, si on se rappelle que tous ces flux qu’il faut désormais redéfinir ont des conséquences multiples sur les territoires et leurs composantes, le débat que ce blog ambitionne d’ouvrir et d’alimenter ira au-delà des discussions académiques pour avoir des répercussions sur les politiques publiques.