Tourisme, mobilités, territoires

L’objectif de ce blog est de continuer une réflexion qui a commencé à la fin des années 70 et qui se continue encore de nos jours en raison de la complexification du phénomène objet de cette réflexion, tout en la partageant avec tous ceux qui s’intéressent à cette thématique. Il s’agit d’une réflexion autour du tourisme et ses rapports avec l’espace et la société à travers le cas du Maroc qui pourrait être croisée avec les observations faites tout autour du bassin méditerranéen.
Dans un premier temps (années 90) l’attention fut focalisée sur le tourisme international qui commençait à fréquenter les destinations touristiques émergentes de la rive sud, certains de ces pays ayant décidé de jouer la carte du tourisme. Mais dès les années 90 et malgré les idées admises à l’époque selon lesquelles il n’y a que les sociétés de consommation et technologiquement avancées qui pouvaient émettre une demande touristique, la réflexion a intégré la demande interne qui se développait de plus en plus, sans que ça soit le résultat du seul mimétisme. La combinaison de ces demandes, l’internationale et la nationale va très vite marquer l’espace et la société et la réflexion se devait de démêler les apports respectifs de ces demandes, mais aussi leurs articulations éventuelles
A partir de 2000, avec l’avènement du tourisme post-fordiste et les mutations de la demande émanant de l’Europe, principal foyer émetteur de tourisme vers les destinations maghrébines, mais aussi la généralisation de la mondialisation et l’accélération et la densification des mobilités, le tourisme n’est plus qu’une composante parmi différentes mobilités nord-sud. Aujourd’hui, la recherche doit appréhender ce phénomène dans ses articulations avec les autres mobilités. L’évolution de ces mobilités et leur complexification font qu’il désormais nécessaire de revoir nos grilles d’analyse tout en adoptant des approches qui privilégient l’hybridité et l’étude de l’entre-deux.
Or, si on se rappelle que tous ces flux qu’il faut désormais redéfinir ont des conséquences multiples sur les territoires et leurs composantes, le débat que ce blog ambitionne d’ouvrir et d’alimenter ira au-delà des discussions académiques pour avoir des répercussions sur les politiques publiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.