Mai 2019 – Kasbah rénovée en structure d’hébergement touristique dans le Dadès : mobilités et mutations patrimoniales

Cette kasbah vieille de 150 ans se situe dans la vallée du Dadès, plus précisément à proximité de Khmis Dadès. Comme la plupart des kasbahs du Draa, elle tombait en ruine et était menacée de dégradation et de disparition. En 2012, elle a été achetée par une architecte étrangère qui s’est associé à un Marocain de la région pour la rénover et lui donner une nouvelle vie et une nouvelle fonction : l’hébergement touristique. Transformer une bâtisse construite entièrement en terre en une structure d’hébergement équipées de tous les éléments de confort modernes, tout en lui gardant son aspect traditionnel que recherche la nouvelle clientèle, n’est pas chose facile et nécessite l’introduction de matériaux de construction modernes. La loi exige d’ailleurs que toutes les bâtisses de plus de 25 ans doivent obtenir un certificat de stabilité avec un système de poutres (tous les 4 mètres à tous les coins) et de colonnes. Le matériau principal demeure toutefois la terre avec des briques fabriquées à partir de la terre récupérée de la démolition de la vieille kasbah. Les plafonds sont en bambou et en cèdre, mais le tout est supporté par des poutres en ciment. Quant à la décoration et aux dessins, tout ce qui est extérieur, notamment la décoration des façades est fait selon la tradition locale, alors que l’intérieure est décoré selon l’imagination du propriétaire. Le chantier emploie 27 personnes et à part la terre et les artisans, tout vient de Marrakech (matériaux, bois, meubles, fer forgé, bois, etc.). Le résultat (photos) c’est une magnifique demeure avec 8 chambres, 2 suites, un appartement pour les chauffeurs qui amènent les groupes de touristes, avec une capacité total pour recevoir 22 clients et 4 chauffeurs.

Ce cas de patrimonialisation qui a tendance à se multiplier, traduit l’arrivée depuis les années 2000 d’une nouvelle clientèle touristique avec de nouveaux comportements et qui se diffuse au fin fond des campagnes marocaines. Elle joue un rôle essentiel dans l’apparition de nouvelles formes de tourisme, de nouvelles opportunités de création d’emplois et de nouvelles sources de revenus. Et au-delà de tout cela, elle s’investit dans un véritable processus de patrimonialisation « importée ». Cette nouvelle demande et la nouvelle offre plus ou moins spontanée qu’elle génère ne sont malheureusement aucunement prises en compte par les politiques publiques en matière de tourisme et encore moins par les politiques publiques actuelles ou celles en cours de conception en matière d’aménagement du territoire, alors que le Maroc est en pleine régionalisation.

Détail de la rénovation

Cette dernière question fera l’objet d’un futur article. Retenons ici pour ce présent papier les rapports qui s’établissent entre ces mutations patrimoniales et les mobilités, principal thème de ce blog. En effet, on se rend bien compte que les acteurs à l’origine des démarches de patrimonialisation sont extérieurs aux cultures locales et sont issus de nouvelle mobilités nord-sud. Si ce regard extérieur joue parfois le rôle de véritable révélateur d’un potentiel latent (ici la kasbah en voie de dégradation), cette dimension exogène induit des risques de distorsion importants entre le patrimoine mis sur le marché et la réalité de sa production. Elle comporte également des contradictions potentielles entre la finalité ou les mécanismes de construction patrimoniale et les dynamiques territoriales ou identitaires.

Par ailleurs cette patrimonialisation suppose aussi un processus de transmission d’un savoir et d’un savoir-faire qui étaient en voie de disparition et qu’elle reproduit en négociant l’introduction de techniques et de matériaux modernes. Les initiatives introduites par des étrangers ont certes été appropriées par la population locale, mais de sérieuses questions identitaires se posent dans un processus où la patrimonialisation des biens passe par le regard des autres, regard souvent sélectif.

Autre ksar rénové pour les besoins du tourisme: Oasis de Skoura

Pour en savoir plus : extrait d’un article collectif :

« Le dernier exemple concerne la déterritorialisation des architectures en terre typiques de la région des oasis au Sud de l’Atlas. Il est lié aux mobilités touristiques et résidentielles et reflète les conséquences d’une patrimonialisation qui s’opère à travers l’altérité. Cette architecture se compose de constructions en terre, dites ighrems ou ksours, et de maisons fortifiées flanquées de tours d’angles ayant appartenu à des notables tribaux, appelées tighremts ou kasbahs. L’action de l’Etat a opéré à deux niveaux : la mise en tourisme et la préservation. La première est illustrée par la création du circuit dit des « Mille Kaskahs » entre Ouarzazate et Errachidia. La seconde a été le fait du département de la Culture qui, dans le sillage de l’inscription du Ksar d’Aït ben Haddou sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1987, a procédé à la création à Ouarzazate du Centre de conservation et de restauration des kasbahs des zones atlasiques et subatlasiques (CERKAS). Néanmoins, les deux politiques n’ayant pas été coordonnées et reliées l’une à l’autre dans le cadre d’une vision d’ensemble, la mise en tourisme a « consommé » un « produit » qui n’a pas cessé de se dégrader au fil des décennies. Le chantier étant énorme et les moyens limités, l’action publique s’est limitée à l’inventaire et à l’étude davantage qu’à la conservation et à la réhabilitation.

Par ailleurs, l’espérance de vie de cette architecture ne dépasse guère deux siècles. Autrefois, au bout de cette période, ses habitants abandonnaient leurs ksours pour en construire de nouveaux à proximité. Les mutations socioéconomiques et politiques que le pays connaît depuis un siècle ont bouleversé l’ordre traditionnel qui prévalait dans les sociétés oasiennes. L’éclatement du ksar a eu lieu au lendemain de l’Indépendance, à partir des années 1960. Une nouvelle architecture est apparue à proximité des anciens ksours et kasbahs dont beaucoup se sont gravement détériorés et effondrés. Les matériaux modernes ont fait leur entrée dans ces régions oasiennes qui les adoptent malgré leur déficit de confort bioclimatique. Les vieux villages et les kasbahs majestueuses sont donc devenus principalement une attraction touristique.

Le tournant décisif dans l’évolution du rapport tourisme/architecture en terre va être l’arrivée de résidents ou d’investisseurs, le plus souvent étrangers qui, fascinés par cet habitat ou voulant en tirer un bénéfice, choisissent d’acquérir ces vieilles demeures rurales qu’ils rénovent et qu’ils destinent soit à une résidence secondaire, soit à une forme d’hébergement et d’animation touristique commerciale, parfois les deux à la fois. Dans leur sillage, des acteurs locaux ou nationaux redécouvrent cet héritage qu’ils contribuent également à patrimonialiser. Cette patrimonialisation « importée » par la mobilité va au-delà de l’habitat rural, puisque à travers la kasbah ou le ksar, elle englobe le paysage, les territoires, les métiers, les savoir-faire, les productions, les pratiques et les usages. Une grande partie de la culture rurale, en pleine mutation, est ainsi « redécouverte » à travers une demande étrangère, et revendique subitement un statut de patrimoine. Ces héritages vont se trouver au centre d’importants enjeux qui mêlent conservation et valorisation et ne déboucheront pas forcément sur des retombées positives pour les populations.

L’engouement pour cette architecture des oasis du sud de la part des résidents étrangers est tel qu’il a pu entrainer des dérapages. La banalisation et la déterritorialisation en sont les exemples les plus frappants. De nombreuses résidences et maisons d’hôtes établies par les étrangers et qui poussent un peu partout au Maroc du Nord au Sud sont construites sur le modèle de la kasbah du sud marocain avec patio et tours d’angle. Les initiateurs de ces projets expliquent ce choix par la fascination qu’a exercé sur eux cet habitat en terre du sud : même s’ils ont choisi d’établir leur résidence dans les arrière-pays du nord, ils se sont attachés à reproduire le style architectural du sud, (Berriane et Nakhli 2011), parfois sans même se rendre compte que ce n’était pas celui de la région dans laquelle ils s’installaient. Même si une recherche architecturale « ruraliste » est fortement présente dans la conception de ces résidences, même si le choix des matériaux et des techniques de construction cherche à coller au plus près de la « tradition », le style prédominant est totalement « a-territorial ». Il s’agit ici d’un véritable « désancrage architectural », qui brouille l’image d’un Maroc aux spécificités culturelles locales et régionales très fortes.

Ces trois situations sont relativement représentatives des grandes dynamiques actuelles de patrimonialisation du monde rural au Maroc : révélation des éléments patrimoniaux remarquables par un regard extérieur, sélection et redéfinition (voire re-fabrication plus ou moins poussée) des propriétés et des qualités attachées à ces éléments, protection pensée à travers la valorisation et, souvent, exportation. Les mobilités sont convoquées à plusieurs niveaux : celles des hommes (de l’expert au nouveau résident ou au touriste), celle des marchandises, celle des savoirs et des techniques. Dans la rencontre entre regards autochtones et allochtones, il semblerait que l’autochtone n’arrive pas à affirmer (ou pas suffisamment) ses spécificités et que, au contraire, l’allochtone impose ses manières de voir et de redéfinir : les produits patrimonialisés n’incorporent qu’une faible partie de ces nombreuses spécificités et finissent par être très différents des produits originaux (fromage de Chefchaouen), ou s’ils restent proches de « l’original », ils perdent leur lien au territoire et aux savoirs qui s’y sont développés (huile d’argan, architectures en terre). Au lieu de renforcer les identités locales et de profiter, en premier lieu, aux communautés qui sont les détentrices de ces patrimoines, les bénéfices et les plus-values de ces pratiques participent, au contraire, à leur fragilisation : on n’est pas loin de ce que l’on pourrait qualifier de « rapt patrimonial ».

Extrait de

Berriane (M), Michon (G), Skounti (A), Moizo (B), Romagny (B), Tebbaa (O), (2015), « Les « patrimoines ruraux » au Maroc : Un nouveau produit des mobilités contemporaines ?, Revue GéoDév.ma

https://www.academia.edu/19147725/Les_patrimoines_ruraux_au_Maroc_Un_nouveau_produit_des_mobilit%C3%A9s_contemporaines_

Et pour en savoir encore plus

Oussoulous (N), (2019), L’émergence d’une destination de tourisme rural et rôle des résidents étrangers : Le cas du pays d’Ouarzazate, thèse de doctorat sous la direction de Mohamed Berriane et Bernard Moizo, Université Mohammed V de Rabat et Université Paul Valery Montpellier III

Michon (G), Berriane (M), Romagny (B) et Skounti (A), (2016), Les enjeux de la patrimonialisation dans les territoires du Maroc, In Berriane (M) et Michon (G) dir. (2016), Les terroirs au Sud, vers un nouveau modèle ?, Une expérience marocaine, Editions IRD et Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat, pp. 191-179

https://www.academia.edu/36173335/Les_enjeux_de_la_patrimonialisation_dans_les_terroirs_du_Maroc

Berriane (M), Oussoulous (N), Michon (G), Aderghal (M) et Moizo (B), (2016), Tourisme et résidents étrangers dans les arrière-pays marocains, In Berriane (M) et Michon (G) dir. (2016), Les terroirs au Sud, vers un nouveau modèle ?, Une expérience marocaine, Editions IRD et Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Rabat, pp. 233-251

https://www.academia.edu/34897604/Tourisme_et_r%C3%A9sidents_%C3%A9trangers_dans_les_arri%C3%A8re-pays_marocains_In_Berriane_M_et_Michon_G_dir._2016_Les_terroirs_au_Sud_vers_un_nouveau_mod%C3%A8le_Une_exp%C3%A9rience_marocaine_Editions_IRD_et_Facult%C3%A9_des_Lettres_et_des_Sciences_Humaines_de_Rabat_pp._233-251


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.