Une nouvelle forme de mobilité Nord-Sud : «L’émergence d’une destination de tourisme rural et rôle des résidents étrangers : Le cas du pays d’Ouarzazate»

Photo du jury et de l’impétrante après la proclamation du résultat

Le 19 avril 2019 à 15h, a eu lieu la soutenance de la thèse de Nada Oussoulous, intitulée « L’émergence d’une destination de tourisme rural et rôle des résidents étrangers : Le cas du pays d’Ouarzazate »

La thèse a été préparée sous la direction de Mohamed Berriane, PES à l’université Mohammed V de Rabat et a été inscrite en co-tutelle et co-diplomation à l’université Paul Valery Montpellier III, avec comme co-directeur Bernard Moizo, Directeur de recherche à l’IRD, Montpellier

Le contexte

Au Maroc, le tourisme représente un secteur stratégique pour l’économie nationale et son évolution a débouché aujourd’hui sur l’émergence de plusieurs types de tourismes. Cependant et depuis les années soixante, l’aménagement touristique marocain prôné et porté par les pouvoirs publics a connu une concentration sur le littoral, résultat d’une politique basée essentiellement sur le tourisme balnéaire, choix national pour développer des zones en difficultés. De ce fait, le tourisme balnéaire a longtemps été considéré par les décideurs comme le produit de base de la destination Maroc avec quelques programmes annexes centrés sur d’autres types de tourismes comme le tourisme en milieu rural, le tourisme culturel, et divers produits de niche. Dans ce choix stratégique, les décideurs étaient persuadés que le marché du tourisme international, à travers la principale zone émettrice pour le Maroc qui est l’Europe, était demandeur de ce produit balnéaire.

De ce fait les politiques publiques insistent prioritairement sur le balnéaire avec une place symbolique réservée au tourisme rural, ce qui a accusé et accuse encore un déséquilibre territorial croissant entre le Maroc littoral et les intérieurs. Cependant ce désintérêt manifesté par les politiques publiques vis-à-vis de ces intérieurs fait face à un double mouvement : une demande internationale qui, contrairement à ces choix des politiques économiques, aspire à découvrir les intérieurs et à aller à la rencontre des populations et des cultures des arrière-pays et une mobilisation plus ou moins spontanée des populations locales de ces intérieurs, épaulées par des acteurs étrangers, pour répondre à cette demande. Le tout imprimant aux arrière-pays montagnards et oasiens des dynamiques insoupçonnées et hors politiques publiques. Ces dernières essaient ici et là de rattraper ces évolutions, mais avec peu de succès.

C’est en s’inscrivant dans ces évolutions récentes qui font émerger un peu partout au Maroc des destinations touristiques qui s’organisent et se structurent à l’ombre des grandes stations ou des villes touristiques, que Nada Oussoulous a pensé, construit et mené sa recherche. Son choix s’est porté sur un terrain qui se prête bien à cette analyse et qui n’a pas été encore étudié sous cet angle et qui est le pays d’Ouarzazate qu’elle définit bien dès l’introduction.

Pour mener à bien sa démonstration elle fait appel à trois concepts majeurs : le tourisme, la mobilité en général et le patrimoine, afin de comprendre les nouvelles dynamiques touristiques et territoriales qui affectent les régions de l’intérieur du pays, que l’on nomme de plus en plus « arrière-pays ». Si ces trois concepts ont évolué jusqu’ici séparément, aujourd’hui, ils se chevauchent et débouchent sur de nouveaux processus de mise en tourisme et de patrimonialisation faisant intervenir de nouveaux acteurs qui peuvent être des étrangers. Loin d’être désordonnée, cette évolution est en fait une véritable restructuration des phénomènes liés à un tourisme qui aborde une nouvelle ère.

En effet, ces différentes initiatives annoncent et s’inscrivent dans de nouveaux comportements touristiques internationaux qui font naitre spontanément de nouvelles territorialités et on assiste un peu partout au Maroc à un développement soutenu de ce tourisme des arrière-pays qui se fait en dehors des politiques publiques même si les autorités de tutelle essaient ici et là de rattraper ces dynamiques.

Tels que définis dans la thèse les « arrière-pays » recouvrent toutes les zones rurales qualifiées de marginales et vulnérables : des espaces et des sociétés qui, se prêtant mal à la mise en œuvre des politiques de modernisation de l’agriculture, n’ont pas su ou pas pu capitaliser sur les grandes transformations de l’économie productiviste et sont, de ce fait, souvent considérés comme arriérés et immobiles. Or, comme elle le démontre bien dans son travail, si on considère le tourisme, ces arrière-pays, supposés « arriérés et immobiles », peuvent par endroits et par moment faire preuve d’un dynamisme surprenant et d’une mobilité réelle.

Les questionnements

Pour analyser les dynamiques touristiques de cet arrière-pays, la recherche s’articule autour de quatre grandes interrogations qui tout en s’enchaînant constituent certaines de ses hypothèses :

Il s’agit tout d’abord de la connexion des arrière-pays au système monde et cette constations découle d’une double interrogation : (i) Le pourquoi de la naissance des destinations touristiques dans les arrière-pays à ce moment précis et (ii) D’où provient la demande touristique sur les arrière-pays, alors que toutes les politiques publiques privilégient les avant-pays et un tourisme plutôt classique et basé sur le balnéaire et les villes culturelles ?

Il s’agit ensuite du rôle des résidents étrangers qui, autrefois touristes, deviennent les acteurs de cette connexion. Une fois que l’on a compris que l’intérêt touristique soudain pour ces arrière-pays est intimement lié aux mutations que connait le secteur touristique international, alors que les politiques publiques sont quasi-absentes pour éveiller cet intérêt, se posait la question des acteurs qui vont réagir à cette demande ?

Il s’agit aussi du rôle de ces acteurs étrangers dans le processus intéressant de patrimonialisation. L’un des centres d’intérêt qui retient le plus ces étrangers dans la région d’étude et qui les motive pour y résider et y investir dans des projets d’hébergement c’est le riche héritage d’habitat en terre de ces régions. Outre sa beauté et ses performances architecturales, cet habitat véhicule avec lui une culture, une ambiance, un savoir-faire et un savoir-vivre originaux. La troisième question est alors quel parti vont tirer ces différents acteurs de cet héritage ?

Il s’agit, enfin, d’une interrogation sur le devenir du territoire concerné. La combinaison de toutes ces dynamiques de mise en tourisme débouche-t-elle sur l’émergence de destinations touristiques et sur des constructions territoriales ? En effet, toutes ces mutations du secteur touristique qui émet une nouvelle demande, ces initiatives qu’elles émanent du bas ou descendent du haut pour créer l’offre, cette fréquentation touristique, cette patrimonialisation, cette mobilisation, vont-elles aboutir à une construction territoriale ? Jusqu’à quel point on assiste alors à l’émergence d’un territoire touristique structuré et visible sur le marché du tourisme international ? Cette destination arrive-t-elle à s’imposer comme un produit à part entière, visitée pour elle-même et non comme annexe des destinations voisines phares que sont Marrakech et Agadir ?

Le terrain de recherche : Le pays d’Ouarzazate

Le terrain retenu pour les besoins de cette recherche correspond à la zone des oasis du Draa et des vallées du versant sud du Haut Atlas central. Il s’agit de la région autour d’Ouarzazate nommée et délimitée dans l’ouvrage Maroc, région, pays, territoires (Troin et al 2002) comme le pays d’Ouarzazate. C’est un espace à cheval sur  des zones montagneuses et oasiennes, éloigné du littoral, en situation d’arrière-pays et qui fait l’objet d’une demande et d’une offre touristique pour un tourisme qui sort des sentiers battus.

La méthodologie

– La construction du sujet

L’insertion de ce travail dans le grand projet de recherche « Med-Inn-Local », et notamment dans le  Work-Package 5 sur la « valorisation territoriale des arrière-pays par le tourisme ? », a permis un cadrage extrêmement utile. Partie intégrante de ce projet de recherche la thèse s’interroge sur les capacités du tourisme à valoriser les arrière-pays. Mais vu la complexité du sujet et la multiplicité des intervenants, l’impétrante a choisi de focaliser sa recherche sur les acteurs étrangers au Maroc et à la région comme porte d’entrée. Ces étrangers qui ont opté pour une installation dans la durée ou pour un va et vient continu entre leurs pays d’origine et le pays d’Ouarzazate afin de créer et de gérer des structures d’hébergement touristiques alternatives. Mais la focalisation sur cette dimension humaine ne se réduit pas à l’étude de ces seuls étrangers puisqu’elle ne constitue qu’une entrée permettant de comprendre le fonctionnement de tout le système ainsi que les dynamiques qu’il génère. Ce choix méthodologique volontaire ne fut pas de tout repos car très vite Nada Oussoulous s’est rendu compte que ces acteurs nouveaux venus dans la région posaient de sérieux problèmes de définition car ne correspondant pas aux catégories d’analyse habituelles.

– La mobilisation de différents concepts

Outre la consultation de la littérature classique autour du tourisme et de la région ou encore les politiques publiques, le travail s’est focalisé sur tout ce qui rapporte à la problématique générale des arrière-pays et leurs rapports aux avant-pays, notamment les résultats de recherches et d’observations menées dans les pays de la rive nord de la Méditerranée. Il a fait appel également aux approches que développe la recherche anglo-saxonne autour des migrations de style ou de mode de vie tel que les concepts de Life style migration ou Quest migration ou encore Amenity migration. Ce qui a permis de rendre un peu plus intelligible la complexité de ces migrations et donner du sens à ces situations d’entre-deux.

– Les investigations de terrain et priorité au travail qualitatif

La méthodologie de recherche a fait le choix d’utiliser des outils de travail qualitatifs. Elle s’articule autour 3 grands modules (i) Le déroulement du travail de terrain qui a eu comme sites la ville d’Ouarzazate, l’oasis de Skoura, celles d’Agdz et de Zagora en plus de Mhamid et ses environs, (ii) Les entretiens qualitatifs et (iii) – Les observations directes, non participantes. Concernant le travail d’entretien proprement dit l’identification des répondants s’est faite au fur et à mesure de la maîtrise du terrain et de la progression de la réflexion. Au total 82 entretiens ont été réalisés dont 40 avec les porteurs de projets étrangers, 15 avec les porteurs de projets marocains, 16 avec les locaux, 6 avec les institutions publiques et associatives et 5 entretiens dans le cadre du regard croisé Maroc-Corse. En fonction de l’inventaire réalisé préalablement et qui énumère 214 établissements présents dans le pays d’Ouarzazate, les entretiens ont touché 25% de la totalité de ces établissements.

La structuration de la thèse

La thèse se structure en 3 parties, chacune comportant 3 chapitres.

La première partie

Essaie de contextualiser les dynamiques en cours dans cet arrière-pays et qui ont abouti à la construction d’une destination touristique rurale. Il y a d’abord le contexte international qui concerne les mutations que connait la demande touristique essentiellement européenne. Le premier chapitre présente le contexte touristique général dans le champ des recherches sur le tourisme et la mobilité complété par le contexte touristique national et local et les politiques publiques qui l’encadrent ainsi que le rôle de l’économie collaborative dans ces évolutions. Le deuxième chapitre s’attarde sur l’élément architectural ancestral en terre qui est l’un des éléments qui sont à l’origine de l’arrivée des touristes et des porteurs de projets étrangers. Le troisième et dernier chapitre montre comment se situe dans ce nouveau contexte national et international l’arrivée des résidents étrangers, principal objet de la recherche, et les nouveaux concepts qui essaient de donner du sens à ces nouveaux migrants nord-sud.

– La deuxième partie

Elle est entièrement consacrée à ces nouveaux résidents, produits des nouvelles mobilités nord-sud. Le chapitre quatre analyse leurs profils et trajectoires et les motivations qui les poussent à s’installer dans cet arrière-pays. Les questions de l’intégration au sein du nouveau territoire et du « vivre ensemble » sont traitées dans le cinquième chapitre, alors que le sixième analyse l’environnement de l’investissement de ces étrangers dans une région rurale.

– La troisième et dernière partie

La réflexion se termine sur un essai d’analyse des retombées de cette mise en tourisme. Le chapitre sept tente d’évaluer les effets socio-économiques de ces implantations de structures d’hébergement en milieu rural. Le chapitre huit revient sur les effets sur le patrimoine et le chapitre neuf termine la thèse en s’arrêtant sur la dimension territoriale.

Ainsi menée à son terme, la thèse de Nada Oussoulous a non seulement répondu à toutes les questions qu’elle a soigneusement définies en introduction, mais elle a complété et de façon satisfaisante tout un pan des recherches qui s’intéresse aux arrière-pays, au tourisme rural, aux mobilités nord-sud, au développement local et à l’émergence de nouvelles destinations touristiques dans des régions marginalisées jusqu’ici.

La soutenance s’est déroulée devant un jury composé de Mohammed ADERGHAL, UM5R, president, Mohamed BERRIANE, UM5R, codirecteur, Bernard MOIZO, IRD, Montpellier, codirecteur, Geneviève MICHON, IRD, Montpellier, membre, Caroline Tafani, Université de Corte, membre, Atman HNAKA, Université Ibn Zohr, Agadir, membre

Rappelons que ce travail de recherche a été réalisé au sein de trois unités de recherche : le laboratoire E3R, équipe de Recherche sur la Région et la Régionalisation devenue depuis 2017 le LITOPAD de l’Université Mohammed V de Rabat, l’UMR Gouvernance, Risques, Environnement, Développement (GRED) de l’Université Paul Valéry Montpellier III et le Laboratoire Mixte International (Mediter) dont les tutelles sont l’IRD France, l’UM5R et l’UCAM. Par ailleurs, le sujet traité s’insérait dans le programme de recherche Med-Inn-Local et le travail de terrain a bénéficié d’un financement de ce même programme obtenu dans le cadre de l’appel à projet Transmed de l’ANR France, alors que la mobilité pour les stages à l’étranger l’a été par l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF).

Mohamed Berriane, Co-directeurs de thèse. Rabat, le 19-03-2019


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.