Nouvelle parution sur les mobilités des Marocains du monde

« Marocains de l’extérieur – 2017 »

Berriane M. (sous la direction), (2018), Marocains de l’extérieur – 2017, Edition de la Fondation Hassan II des Marocains résidant à l’étranger, 736 pages.

Compte rendu d’ouvrage

Depuis 2003, la fondation Hassan II des Marocains résidant à l’étranger publie tous les quatre ans la série Marocains de l’extérieur. En effet, si le paysage migratoire marocain connait depuis le début de ce siècle des transformations spectaculaires faisant du pays un réceptacle d’immigrants venant aussi bien du Sud que du Nord, on doit garder présent à l’esprit le fait que le Maroc, pays d’émigration avant tout, a une importante communauté marocaine à l’étranger, évaluée aujourd’hui entre 4 et 5 millions de personnes et répartie sur les quatre continents. Or, cette communauté tout en augmentant, suite à de nouveaux apports, mais aussi par une procréation sur place, évolue dans ses caractéristiques sociodémographiques, culturelles, économiques et politiques. Tout en s’équilibrant démographiquement et en s’enracinant dans les pays d’accueil, elle vieilli, s’intègre et adopte de nouvelles configurations, mais en restant fortement attachée à son pays d’origine. Ces mutations de la communauté marocaine de l’extérieur s’accompagnent immanquablement de nouveaux problèmes.

Le Maroc qui reste également attaché à ses Marocains de l’extérieur a le devoir de les accompagner et pour cela il doit bien les connaitre et les comprendre. Et c’est le rôle que s’est donné la Fondation Hassan II des résidents marocains à l’étranger qui, pour servir ces Marocains, doit constamment renouveler cette connaissance. Parmi les outils mis au service de cette connaissance, la série « Marocains de l’extérieur » maintenant sa régularité de parution tous les 4 ans, publie sa quatrième édition. Comme les précédentes éditions, l’objet de celle-ci est de suivre les mutations continues de cette migration en identifiant ses nouvelles tendances à travers les panoramas les plus à jour des différentes communautés marocaines vivant à l’étranger.

Pour cela, elle poursuit et consolide l’approche inaugurée avec l’édition de 2013 qui avait innové sur un certain nombre de points.

1. Considérations méthodologiques

La continuité avec l’édition précédente concerne tout d’abord la méthodologie suivie pour cette livraison. Celle-ci concerne les sources, les auteurs, le volet thématique, le volet traitant des Marocains par pays de résidence et la cartographie.

Cette édition se fait tout d’abord remarquer par un important renouvellement des auteurs avec une forte présence des jeunes chercheurs de l’émigration. Sur les 22 auteurs mobilisés pour rédiger les 24 chapitres, 15 n’avaient jamais participé aux éditions précédentes de Marocains de l’extérieur et ont pu, grâce à leurs différents profils et leurs approches originales, apporté un sang et un regard nouveaux à cette édition. Par ailleurs la moitié de ces auteurs est composée de jeunes chercheurs qui commencent à émerger et 10 parmi eux appartiennent aux jeunes de l’immigration en Europe ou aux Amériques.

Tranchant avec les éditions précédentes, celle de 2013 avait introduit un volet thématique qui précédait les états des lieux des communautés marocaines à l’étranger par pays, point fort de cette veille. Il s’agissait d’analyses thématiques transversales à toutes ces communautés ayant comme principal objectif de contextualiser les analyses par pays, analyses qui ne peuvent être bien menées si on ne tient pas compte à la fois des grandes évolutions que connaissent les communautés marocaines à l’étranger, et les principaux progrès de la recherche scientifique dans la production d’un savoir autour de ces migrations. Poursuivant sur cette voie, la présente édition a procédé à une sélection des résultats des recherches les plus récentes en sollicitant des contributions auprès des chercheurs et des équipes de recherche les plus en vue travaillant sur les migrations marocaines. Les thèmes retenus sont ceux qui se sont imposés au cours des dernières années et qui sont liés aux évolutions récentes de la communauté marocaine à l’étranger. Nous avons également abordé des sujets importants pour la connaissance des Marocains de l’extérieur, mais peu ou rarement abordés. C’est ainsi qu’ont été sélectionnés des sujets tel que la vieillesse en émigration, la migration féminine, la migration et le développement local et régional, l’enseignement de la langue et de la culture d’origine, le renouveau religieux et les productions culturelles et artistiques. Les communautés juives marocaines en Europe et dans les Amériques ont fait partie aussi de cette sélection. Et comme en 2013, afin de situer ces résultats de recherches, il a été jugé utile de réserver un premier chapitre à une nouvelle mise à jour sur l’état des lieux de la recherche sur les migrations marocaines.

Pour ce qui est du choix des pays à étudier, cette édition a opté pour des essais d’approfondissement.Rappelons que le parti pris dès le lancement de la série « Marocains de l’extérieur » était d’en faire une sorte d’annuaire avec une actualisation régulière des données relatives aux Marocains de l’extérieur. Ceci impose de revisiter à chaque fois les communautés marocaines dans les mêmes pays étudiés dans les éditions précédentes. De ce fait l’édition 2018 reprend les mêmes pays retenus dans les éditions précédentes, soit en raison du nombre important de Marocains qui y résident, soit pour leur intérêt quant aux tendances évolutives de cette migration dans le temps et l’espace, même quand les effectifs des Marocains ne sont pas très élevés. Ce qu’apporte la présente édition c’est le choix de reprendre certaines destinations de l’émigration marocaine qui ont été traitées au niveau général dans les éditions précédentes pour les étudier avec un peu plus de détail. Les Marocains vivant dans les pays d’Afrique avaient été analysés comme un tout, alors que cette migration a connu des évolutions récentes à souligner. Elle est devenue plus visible en rapport avec la densification de la vie relationnelle entre le Maroc et l’Afrique et de nouvelles destinations, bien qu’encore statistiquement résiduelles, sont, en termes de tendances et de signification, très importantes. Deux chapitres sont consacrés à ce continent, le premier traite de deux pays représentatifs de l’Afrique de l’Ouest, le Sénégal et la Côte d’Ivoire en tant que destinations aujourd’hui classiques et le second explore deux autres, le Gabon et la Guinée Equatoriale, qui illustrent les nouveaux foyers migratoires de l’Afrique Centrale. Et en lieu et place d’un chapitre couvrant tous les pays arabes de l’Algérie au Golfe persique, et forcément très général, l’analyse se focalise sur deux ensembles de pays : l’Algérie et la Tunisie pour le Maghreb et le Qatar et les Emirats Arabes Unis pour les pays du Golfe. Cela a permis de montrer les différences fondamentales entre une migration ancienne et régionale et une autre très lointaine, mais extrêmement récente. Selon les cas, les caractéristiques des Marocains, leur quotidien et les perspectives qu’ils ont devant eux sont très différents et riches d’enseignements.

Au total, la présente livraison traite à travers 13 chapitres des cas de l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, la France, la Hollande, l’Italie et le Royaume Uni en Europe, le Canada et les USA en Amérique, l’Afrique de l’Ouest (Sénégal et Côte d’Ivoire) et l’Afrique Centrale (Gabon et Guinée Equatoriale) en Afrique subsaharienne, le Maghreb (Algérie et Tunisie) et les pays du Golfe (Qatar et Emirats Arabes Unis).

Concernant le contenu de ces contributions par pays, l’approche type « annuaire » a été reconduite. Les différents auteurs ont été invités à mener des analyses et des descriptions selon les mêmes rubriques et pour tous les pays, ce qui facilite les comparaisons à la fois entre les différents pays et dans le temps. Mais en même temps la ligne éditoriale a veillé à ce que cette standardisation laisse assez de souplesse pour que ces textes conçus comme des textes d’auteurs puissent tout en tenant compte des sous-thèmes des différentes rubriques avoir la liberté de les présenter selon l’ordre qui convient le mieux à la problématique choisie comme fil directeur.

Enfin, et comme lors de la dernière édition, une importance particulière a été accordée au traitement cartographique pour suivre le déploiement spatial des Marocains du monde. Lorsque la disponibilité de données statistiques détaillées le permettait, ces données ont été mobilisées par une méthodologie appropriée pour l’établissement de cartes originales traitant de la distribution spatiale des Marocains de l’extérieur.

2. Consolidations des tendances déjà soulignées en 2014 et nouvelles tendances

Sans pouvoir rendre compte avec détails du contenu des 24 chapitres et 736 pages, on peut dégager quelques traits saillants de cette nouvelle livraison en les ramenant à 4 grands points.

La grande hétérogénéité des migrants marocains

La migration marocaine est aujourd’hui composée de différents groupes aux profils variés et qui résultent de l’histoire de cette migration, des différents contextes où elle se trouve et de ses motivations.

– Des migrations et non une migration

La migration marocaine qui s’est étalée sur une très longue durée s’est faite par des vagues successives, ce qui explique qu’on soit en présence non pas d’une migration marocaine, mais de plusieurs migrations. Aujourd’hui avec les nouveaux flux qui s’organisent vers les pays d’Afrique ou ceux du Golfe, cette hétérogénéité augmente de façon considérable et il y a peu de similitudes entre les émigrés de la première génération nés au Maroc et aujourd’hui retraités dans les pays européens et ceux des générations suivantes nés dans ces mêmes pays ou avec les jeunes cadres qui dirigent des sociétés dans des pays d’Afrique de l’Ouest ou l’Afrique Centrale ou encore les jeunes expatriés marocains ou maroco-européens envoyés dans les pays du Golfe par les grandes multinationales. Phasage de la migration, différents contextes des pays d’accueil et évolutions propres à chaque communauté expliquent les décalages observés autrefois et qui se sont accusés aujourd’hui.

– Vieillissement et migration féminine

Parmi les facteurs de cette hétérogénéité retenons les évolutions démographiques récentes de cette migration. Omar Samaoli rappelle qu’on ne peut pas renvoyer indéfiniment l’émigré à sa seule condition de travailleur et d’actif et qu’il est temps de tenir compte du vieillissement des Marocains de l’extérieur tout en considérant la gestion de cette étape de la vie. Chadia Arab et Nassima Moujoud pour leur part, proposent de penser la migration marocaine à partir des expériences des femmes qui partent seules et travaillent en Europe tout en s’interrogeant sur cette féminisation qui ne cesse de croitre en mettant en évidence son importance et sa diversité, alors que le discours dominant la réduit « à l’image de l’épouse, économiquement inactive et dépendante du migrant qui lui a fait le choix de partir et de travailler ».

– Retour sur les Juifs marocains

L’émigration des Juifs marocains peu étudiée dans les éditions précédentes et que l’on trouve aujourd’hui répartis dans de nombreux pays, mais qui demeurent dans leurs majorités attachées au pays d’origine. Mohammed Kenbib focalise l’analyse sur les Juifs marocains d’Europe, là où ils sont les plus nombreux en mettant en évidence les principales étapes de leur immigration dans le passé et plus récemment, leur degré d’intégration dans les différents environnements.  Alors que Aomar Boum, part à la recherche des Juifs marocains des Amériques dont l’histoire est peu connue malgré le fait que leur installation précoce dans la région est antérieure à de nombreuses communautés juives et chrétiennes d’Europe et du Moyen-Orient.

Une migration en constante recomposition

Cette hétérogénéité de la communauté marocaine de l’extérieur s’explique également par ses évolutions et ses recompositions constante. Parmi de nombreuses recompositions que les différents chapitres analysent, retenons deux et qui sont les baisses observées dans les effectifs et les redéploiements spatiaux.

– Le ralentissement des arrivées et des naturalisations

Un rapport récent à propos de l’immigration marocaine dans les pays de l’OCDE insiste sur le fait que depuis 2013 le Maroc n’appartient plus aux pays affichant les flux migratoires les plus élevés vers les pays de l’OCDE (OCDE, 2017). Il semblerait en effet, que globalement la longue tendance à la hausse observée jusqu’en 2008 a laissé la place à une longue tendance à la baisse des flux émis par le Maroc vers ces pays. Désormais, le Maroc ne ferait plus partie du top 10 des pays d’origine des flux d’émigration à destination de cette zone et il est largement dépassé par la Chine, le Mexique, les Philippines, l’Inde et la Pologne.

Les cas présentés dans ce livre confirment cette conclusion au moins au niveau des statistiques officielles. Or, selon ces données, non seulement il y a stagnation, mais parfois il y a même baisse, si on considère que les Marocains naturalisés sont automatiquement soustraits des statistiques qui traitent des étrangers. Ceci traduit en fait une stabilisation des communautés marocaines en Europe avec quelques retours au pays relevés ici et là.

Cette baisse des effectifs des résidents réguliers s’accompagne également d’une baisse de la demande sur les naturalisations. L’édition de 2014 avait insisté sur l’augmentation spectaculaire des naturalisations des Marocains. Or, il semblerait que ce mouvement enregistre également un certain ralentissement surtout dans les pays d’ancienne immigration marocaine. En France, le nombre de Marocains naturalisés chaque année est passé de 38.000 en 2000 à 16.662 en 2013 en raison du durcissement des conditions d’obtention sur lesquels s’arrête Thomas Lacroix. Aux Pays-Bas les partis politiques n’apprécient pas la double nationalité et une loi datée de 2009, stipule que tous les demandeurs de nationalité néerlandaise doivent signer une déclaration d’allégeance dans laquelle le demandeur déclare être loyal et respecter toutes les valeurs et lois néerlandaises. Les naturalisations sont en nette diminution : de 5.797 en 2010, elles sont passées à 3.364 en 2016 (Nadia Bouras). La même tendance est observable en Belgique : de 7.753 en 2006 elles sont passées à 3.996 en 2016 (Fatima Zibouh). Même un pays comme l’Espagne qui a connu une augmentation soutenue des naturalisations des Marocains avec un pic remarquable de 46.547 en 2013, l’augmentation continue certes, mais de façon moins spectaculaire (Mohammed Khaldi).

– Les recompositions territoriales

Un autre constat de 2014 qu’il faut légèrement nuancer aujourd’hui concerne la distribution spatiale des Marocains dans certains pays. Jusqu’à maintenant la tendance était à la sédentarisation des Marocains dans l’espace et de ce fait on observait peut de mouvements, les régions les plus fortement peuplées étaient toujours les mêmes. Or, il semblerait que là aussi il faille noter quelques mouvements de redistribution. En France, on observe une redistribution de la population marocaine, depuis les départements de l’Est qui sont d’anciennes région d’installation d’une immigration ouvrière, aujourd’hui en crise à la fois économique (chômage) et sociale (signalée par le vote FN), vers une façade atlantique où la présence marocaine a jusqu’ici été faible mais qui bénéficie de conditions économiques plus favorables (Thomas Lacroix). L’Espagne affiche la même mobilité des Marocains. Que ce soit les étudiants à la recherche de certaines filières ou les travailleurs poussés par les effets de la crise, les Marocains d’Espagne bougent sans cesse (Mohammed Khaldi).

Carte 1 : Répartition des Marocains dans le monde (hors Europe) – 2016 – Source des données : DACS – 2016

Carte 2 : Répartition des Marocains en Europe – 2016 – Source : DACS – 2016

L’implication constante de la migration dans le développement du pays

Si les diverses évolutions montrent les mutations profondes que vivent les communautés marocaines de l’étranger, il y a un aspect qui demeure inchangé malgré les mutations et la durée de l’éloignement. Il s’agit de l’implication dans le développement du pays d’origine.

– Le maintien des transferts

Bien que les émigrés marocains n’affichent en général qu’un taux d’emploi relativement bas et un taux de chômage élevé, ils ont fait preuve parfois d’une grande résilience vis-à-vis de la crise de 2008. Face à la dégradation du marché du travail suite à cette crise, ils ont, soit migré vers le secteur des services, soit opté pour l’aventure de l’entreprenariat comme dans le cas de l’Espagne (Mohamed Khaldi). Quoi qu’il en soit leurs envois au Maroc ont maintenu leurs rythmes. Selon le rapport de l’OCDE (OCDE, 2017) cité plus haut, les Marocains établis dans cette zone ont émis en 2013 le troisième flux de transferts de fonds en pourcentage du PIB du pays, soit 7% et n’ont été devancés que par les Philippines (10 %) et le Salvador (16 %).

– L’implication de la migration dans les projets du pays : régionalisation et développement local et régional

Un des exemples de cette participation au développement du pays a été abordé à travers le processus de la régionalisation en cours (Thomas Lacroix). La réforme marocaine, reprenant à son compte l’approche territorialisée du développement, supposait la mise en collaboration progressive d’acteurs étatiques et non étatiques, locaux et internationaux, individuels et collectifs. Et on le sait, la territorialité « réelle » de certaines régions marocaines se caractérise par ses extensions transnationales, portées par les émigrés et leurs transferts. Tel est le cas des deux régions du Souss-Massa et de l’Oriental qui font l’objet de nombreuses actions impliquant des émigrés et leurs associations et bénéficiant du soutien de différents organismes nationaux et européens. Cette interrogation sur l’insertion des migrants et leurs organisations dans ce processus de régionalisation n’omet pas de souligner les problèmes et les limites.

Les associations créées par la migration marocaine participent également aux transferts des moyens financiers, mais surtout humains. Que ce soit au Royaume Uni, où est apparue une nouvelle génération d’associations dont certaines se sont illustrées suite à l’incendie tragique de Grenfell de 2014 (Miryam Cherti) ou en Allemagne où les associations passent à une vitesse supérieure avec les initiatives des migrants hautement qualifiés de mises en réseau avec le pays d’origine (Khatima Bouras-Ostmann), le mouvement associatif maintient sa présence.

Intégration et identités

L’éloignement dans le temps et dans l’espace du pays d’origine ajouté aux sollicitations et aux nécessités de l’intégration dans la société d’accueil n’empêchent pas le Marocain qui vit à l’étranger de maintenir son attachement à son pays d’origine. Il arrive même à transmettre cet attachement aux générations suivantes qui sont nées et qui ont grandi en Europe, qui à leur tour développent une culture et une identité hybrides.

– La question de l’enseignement de la langue et de la culture d’origine

L’installation dans la durée des Marocains à l’étranger et le développement des générations ayant suivi la première, ainsi que l’évolution de ces Marocains entre deux cultures, celle d’origine qu’ils côtoient à l’occasion de leurs séjours au Maroc, et celle du pays d’accueil qui est omniprésente, posent la question de l’enseignement des langues et des cultures d’origine. L’ouvrage rend compte rend compte d’une évaluation menée par le Conseil Supérieur de l’Education, de la Formation et de la Recherche Scientifique du programme de l’enseignement des langue et culture d’origine (ELCO) (Mohamed Berriane), pour voir jusqu’à quel point ce programme a atteint les deux objectifs de la préservation de l’identité culturelle et de l’attachement au pays d’origine. Un autre chapitre 6 (Myriam Cherti), s’arrête sur l’expérience de l’enseignement parallèle au Royaume Uni qui est dispensé en dehors des établissements scolaires réguliers à l’initiative d’associations et de mosquées.

– L’importance des dynamiques associatives dans l’intégration et l’attachement au pays

Dans les pays où ils peuvent s’organiser en associations, les Marocains ont un parcours tout à fait différent de celui de ceux qui n’ont pas cette possibilité. Dans les pays européens des premières migrations marocaines, ce tissu associatif est bien dense et engage de véritables dynamiques culturelles et sociales. En Belgique, les premières revendications politiques contre les stigmatisations et les discriminations remontent aux années 1970 et vont s’organiser au sein d’associations même si elles sont initialement créées pour des motivations purement culturelles et identitaires. Par la suite le mouvement associatif va être animé par les Maroco-Belges des générations suivantes et qui outre des revendications politiques va engager un processus de productions artistiques et culturelles que des médias portés par ces mêmes jeunes de l’immigration vont rendre plus visible (Fatima Zibouh). Dans les pays africains (Sénégal et Côte d’Ivoire) le paysage associatif a des motivations de solidarité communautaire et de quête d’identité (Johara Berriane). Dans les pays d’immigration plus récente, comme l’Italie et l’Espagne, le mouvement associatif existe certes, mais ne connait pas le même dynamisme. Alors que dans les pays du Golfe, ce mouvement est inexistant car interdit, et les Marocains qui y résident souffrent sérieusement de cet handicap (Mohamed Berriane).

– L’éclosion d’une nouvelle identité hybride, ancrée dans le legs culturel marocain, et ouverte sur la culture dominante

L’installation dans la durée de la communauté marocaine à l’étranger c’est aussi un rayonnement mondial marocain à travers la littérature. Catherine Enjolet s’attache à montrer l’envergure de la littérature marocaine, l’effervescence des rencontres littéraires de ses écrivains et écrivaines, et l’ampleur des perspectives de cette littérature marocaine de la migration. Quant à Moulim El Aroussi, il donne la réplique à propos des expressions artistiques des Marocains de l’extérieur. En observant le domaine de la création de ces Marocains, l’auteur entrevoie l’éclosion d’une nouvelle identité, qui tout en étant ancrée dans un legs culturel marocain, celui des parents, revêt des aspects tout à fait nouveaux. On assiste alors à la reconstruction d’une nouvelle identité à travers les expressions artistiques.

– Le renouveau religieux

Cette installation dans la durée se traduit enfin par l’esquisse d’un renouveau religieux qui est le produit généralement d’intellectuels formés aux sciences humaines, à itinéraire séculier et qui parfois n’ont pas d’ancrage de formation théologique. Yacob Mahi, dresse un horizon de C’est le cas, par exemple, de l’Islam belge où les Marocains et Belgo-Marocains développent une pensée islamique en pleine effervescence. Cette Islam belge apparait comme une construction intellectuelle d’une nouvelle pensée, qui s’oppose à la résonnance traditionnelle des pays d’origine.

– La participation politique (Belgique, Hollande, Canada)

Ces différentes transitions que vivent les communautés marocaines à l’étranger s’accompagnent enfin d’une mobilité sociale même si elle est lente, l’un des indicateurs de cette mobilité sociale étant la visibilité de plus en plus grande des Marocains dans la vie politique des pays d’accueil. En effet, si la première génération se tenait à l’écart de la vie politique, à part quelques exceptions d’engagement syndical – notamment en France – les générations suivantes s’engagent sur la scène politique. Elles participent aux opérations de vote en tant qu’électeurs et candidats et l’abstention peut être une attitude politique notamment aux Pays-Bas où un certain pessimisme s’installe parmi ces générations (Nadia Bouras). Mais en même temps on relève des percées parmi ces nouvelles générations de personnalités politiques qui peuvent devenir des représentants aux parlements comme en France, Belgique ou Canada ou des élus locaux parfois de grandes villes comme à Rotterdam aux Pays-Bas.

Tels sont les types de mobilités sociales et politiques qui émergent parmi les Marocains de l’extérieur. Précisons toutefois que ces mutations sont surtout valables dans les pays européens et notamment ceux ayant reçu les premières vagues de migrations marocaines comme la France, la Belgique ou les Pays-Bas. Ceci est moins le cas dans les pays européens d’immigration marocaine récente comme l’Espagne ou l’Italie. Et ceci est totalement absent dans les pays africains ou arabes. Dans les premiers l’immigration est encore très récente et dans les seconds le modèle migratoire ne permet aucunement ce type d’intégration.

Mohamed Berriane


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.